Site Web du
Parti marxiste-léniniste du Québec
     JOIGNEZ LE PMLQ                                  CONTACTEZ-NOUS                                                    ENGLISH   

PROGRAMME DU PMLQ
Pour un Québec souverain

qui défend les droits de tous!

 
Bâtissons les commissions sur l'avenir du Québec!

Chantier politique
Numéro 66 - 22 avril 2014

L'Assemblée nationale reprend ses travaux le 6 mai

Suite à l'élection du 7 avril qui a produit un gouvernement libéral majoritaire, l'Assemblée nationale reprendra ses travaux le 6 mai prochain, avec la composition suivante: 70 députés du Parti libéral du Québec, 30 du Parti québécois, 22 de la Coalition Avenir Québec et 3 de Québec solidaire. Demain le 23 avril, le premier ministre Philippe Couillard annoncera la composition de son Conseil des ministres. Le lendemain, il rencontrera Stephen Harper, le premier ministre du Canada.

M. Harper a déclaré à la presse que les Québécois « veulent un gouvernement qui soit axé sur l'économie et la création d'emplois», ajoutant: «Nous partageons ces priorités et nous attendons avec impatience de travailler avec ce nouveau premier ministre. » Pour sa part, M. Couillard a promis de faire du Québec « un leader et un partenaire très actif au sein de la fédération canadienne ». «Nous croyons que notre pleine participation à la fédération canadienne contribue au succès du Québec », a-t-il dit.

Il faut se rappeler que Harper avait nommé Philippe Couillard à un poste dans l'appareil fédéral en juin 2010, deux ans après qu'il eut quitté le gouvernement Charest. M. Couillard avait été nommé membre du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS), un organisme qui surveille les activités du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS).


À quoi peut-on s'attendre avec
la réouverture de l'Assemblée nationale?

Pendant la campagne, Philippe Couillard s'est engagé à présenter un nouveau budget 2014-2015 à la session qui vient, quelque part en juin. Son budget, a- t-il dit, sera à l'enseigne de la relance économique et de la gestion rigoureuse des dépenses.

Le premier ministre a prévenu que le Québec va vraisemblablement faire face à un trou budgétaire plus grand que celui qu'avait prévu le gouvernement du Parti québécois dans sa présentation de son budget 2014-2015, maintenant rendu caduque par sa défaite électorale. C'est le genre d'excuse qu'utilisent les gouvernements quand ils arrivent au pouvoir pour justifier les compressions dans les programmes sociaux et les services publics et renier leurs promesses, telle que celle d'abolir la taxe santé instituée par les libéraux.

Le gouvernement du PQ avait établi à 2,5 milliards $ le déficit budgétaire pour l'année 2013-2014 mais le premier ministre Couillard prédit qu'il se chiffrera plutôt autour de 3,3 milliards $. Faisant à son tour du déficit la cause célèbre, hors contexte, sans dire où va l'argent public qui cause le déficit, sans dire qu'une bonne partie sert à payer les riches et non pas à soutenir les programmes sociaux, le premier ministre a maintenu néanmoins sa promesse originale de produire un budget sans déficit pour l'année 2015-2016.

Pendant la campagne électorale, le Parti libéral s'est engagé à réduire les dépenses du gouvernement de près de 1 milliard $ dans l'année qui vient. Il prévoit trouver plus de 900 millions $ à couper dans ce qu'il appelle la bureaucratie dans l'éducation, la santé et les sociétés d'État. Selon le cadre financier présenté par le Parti libéral durant la campagne, cela comprend des coupures de 100 millions $ dans la santé, 22,5 millions $ dans l'éducation, 200 millions $ dans les sociétés d'État et 600 millions $ en coupures non identifiées qui, selon le premier ministre, seront trouvées par des mesures de révision de programmes.

En plus des coupures immédiates, le Parti libéral a annoncé une réduction de 10% ce qu'il appelle la bureaucratie dans le secteur de la santé, ce qui sera fait notamment en ne comblant pas les départs à la retraite. Comme il est de mise chez les gouvernements de l'offensive antisociale, le gouvernement Couillard déclare faire une distinction entre le personnel d'encadrement et le personnel directement affecté aux services. Il affirme qu'il «ne touchera pas aux services» et qu'il va même les augmenter. C'est cette même logique que donne actuellement le gouvernement Harper pour décimer la fonction publique fédérale.

En éducation, le PLQ a promis l'abolition de 620 postes sur cinq ans au ministère et dans le réseau.

En plus, M. Couillard parle de mesures dites de relance économique. Les deux mesures qui sont mentionnées en ce moment sont la mise en place d'un crédit d'impôt pour la rénovation domiciliaire et l'augmentation des investissements dans les infrastructures, notamment dans le Plan Nord appelé maintenant «Plan Nord +».

Le premier ministre affirme aussi que la croissance économique au Québec va reprendre dès la première année de son mandat parce que les investisseurs internationaux vont voir que le Québec est à nouveau ouvert aux investissements maintenant que le Parti québécois a été défait.

Mis à part les questions économiques, on s'attend à ce que le gouvernement Couillard fasse adopter le projet de loi 52 sur les soins de fin de vie qui avait été présenté par le gouvernement du Parti québécois.

La question de la Charte des valeurs pourrait refaire surface dès cette session, le Parti libéral ayant parlé de faire adopter une version « moins contraignante » de la charte qui reposerait sur un consensus des partis à l'Assemblée nationale. «Nous allons légiférer sur cette question, avait dit Philippe Couillard pendant la campagne. Et, en fait, on y retrouvera les éléments qui font consensus, qu'on aurait pu adopter déjà auparavant, sur l'encadrement des accommodements, le visage découvert, la question de la neutralité de l'État dans la Charte des droits, la protection de notre patrimoine historique, dont notre patrimoine religieux, et les dispositions spécifiques sur la lutte contre l'intégrisme. »

Mesures antiouvrières

Il faut se souvenir aussi que la loi spéciale de retour au travail contre les 77 000 travailleurs en grève de la construction du secteur industriel, commercial et institutionnel arrive à terme le 30 juin prochain. Elle avait été adoptée le 30 juin dernier pour briser la grève de ces travailleurs contre les demandes de concessions des entreprises (les autres secteurs de la construction avaient signé de nouvelles conventions). Elle reconduisait leur convention collective pour un an avec une augmentation de salaire de 2%. Les travailleurs vont se retrouver en position de grève légale à ce moment-là (et les employeurs en position de lockout) si une nouvelle convention collective n'est pas signée d'ici-là.

Pour masquer la corruption et la collusion qui existe entre lui, les entreprises et les firmes de génie-conseil et attaquer la syndicalisation dans le secteur, le Parti libéral accuse les travailleurs de la construction de faire de l'intimidation et de la violence. C'est inacceptable.

Il faudra voir aussi comment va se jouer pendant la session la question de l'intégrité alors que la Commission Charbonneau poursuit ses travaux et que l'ombre de l'Unité permanente anti-corruption (UPAC) plane sur l'assemblée.

L'assermentation des députés libéraux s'est faite au milieu d'une campagne médiatique selon laquelle d'anciennes hautes personnalités et d'anciens ministres du Parti libéral seraient dans la mire de l'UPAC pour financement illégal du Parti libéral.

ARTICLES PRÉCÉDENTS

De la boîte à courriel
Le problème des promesses électorales en matière d'économie

21 avril 2014 - Les promesses électorales en matière d'économie sont un des traits essentiels des élections dans le système actuel et l'élection du 7 avril n'y fait pas exception. Philippe Couillard s'est fait le champion déclaré de l'économie et sa campagne a été marquée par des visites éclairs dans différentes régions avec amples promesses économiques. Aux gens du Lac Saint-Jean (il était lui-même candidat dans Roberval), il a promis la relance de l'industrie forestière par l'accroissement de l'investissement de fonds publics dans l'industrie et s'est engagé à créer un ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs. . /...Chantier politique

Discussion sur le résultat de l'élection
Le faux choix entre souveraineté et économie

17 avril 2014 - L'élection du 7 avril a été marquée par la désinformation et la répétition continuelle que le peuple devait choisir entre souveraineté et référendum d'un côté et économie et stabilité de l'autre. C'est un faux choix. La souveraineté n'existe pas dans les airs. Ce n'est pas uniquement un projet dit constitutionnel sans rapport aux conditions matérielles de vie et de travail du peuple. Si l'on se bat pour la souveraineté, c'est pour que le peuple soit maître chez lui et capable d'exercer un contrôle pour fournir à tous les conditions de vie les meilleures et qui s'améliorent constamment. /...Chantier politique

17 avril 2014 - Les médias monopolisés et les partis dits majeurs disent que l'élection du 7 avril a été entre autres choses une défaite pour la souveraineté. Les libéraux disent que la souveraineté, c'est la division et les chicanes entre les Québécois et mieux vaut s'occuper des « vraies affaires ». Les péquistes disent qu'ils se sont faits prendre en n'étant pas capables de résoudre le dilemme à propos de la tenue ou non d'un référendum pour ensuite conclure que le message de la souveraineté ne passe pas. Les caquistes disent que l'élection a montré que les Québécois ne veulent pas entendre parler de souveraineté en ce moment mais d'économie, qu'il faut une troisième voie entre la souveraineté et le fédéralisme et que cette voie est un genre de nationalisme. Québec solidaire a réussi à se démarquer du PQ avec sa proposition de tenir un référendum s'il gagnait l'élection et cela lui donne la réputation d'être le véritable parti de la souveraineté du Québec. /...Chantier politique

L'«ouverture sur le monde» du Parti libéral - telle
que vue dans sa stratégie maritime

16 avril 2014 - Un des éléments du plan d'ensemble de «création d'emplois» du gouvernement libéral de Philippe Couillard est ce qu'il appelle la « Stratégie maritime pour remettre le Québec en marche », qu'il a présentée quelques jours après le déclenchement de l'élection. Il s'agit d'importants travaux d'infrastructures le long du fleuve Saint-Laurent dont le but serait de «stimuler l'économie québécoise». Ils seront entrepris conjointement avec le gouvernement fédéral, les deux paliers de gouvernement s'engageant à investir chacun 1,5 milliard $ en fonds publics. /...Chantier politique

Philippe Couillard et les plaques tectoniques
Lorsque le médecin joue à l'apprenti sorcier
Fernand Deschamps

14 avril 2014 - Lors de sa conférence de presse du lendemain des élections, Philippe Couillard s'est fait poser la question suivante par un journaliste : « Qu'est-ce que la défaite du Parti québécois dit, selon vous, sur l'avenir du projet souverainiste? ». Voici ce que le nouveau premier ministre libéral a répondu:

« Je vais être prudent, parce que je ne veux pas jouer à l'analyste politique [...] mais j'ai parlé, pendant la campagne électorale, d'une impression que j'avais et qui semble se confirmer, qu'il y avait un réalignement des forces politiques au Québec, ce que j'appelais les plaques tectoniques qui bougent. On le voit dans les régions. Regardez le résultat de l'élection; en termes de représentation régionale, le chef du Parti libéral du Québec, moi-même, a été élu dans un comté de l'Est du Québec, comté du Lac-Saint-Jean. En soi, c'est un événement significatif. »   /...Chantier politique

Les libéraux relancent le Plan Nord
Payer les riches et abandonner le contrôle de
nos ressources n'est pas un «plan de développement économique», monsieur Couillard!

Normand Fournier

10 avril 2014 - Le nouveau premier ministre du Québec Philippe Couillard a annoncé à Thetford Mines le 9 avril la relance du Plan Nord comme un projet majeur de « relance de l'économie québécoise ». Notons d'abord que rien n'a changé dans le secteur minier qui permette de le claironner comme un « projet majeur de relance économique ». Avant les élections, les éléments qui expliquaient la baisse d'activité du secteur minier, la chute des investissements dans le domaine de l'exploration et de l'exploitation, l'absence de découvertes de nouveaux gisements, sont aujourd'hui toujours présents. /...Chantier politique

Couillard parle de transparence et d'intégrité
C'est la mauvaise conscience du nouveau
premier ministre qui parle


11 avril 2014 - Dans sa première conférence de presse le lendemain de l'élection, le nouveau premier ministre du Québec Philippe Couillard a dit que la «transparence» et l'«intégrité» seront la priorité numéro un de son gouvernement. Qu'est-il arrivé avec «la création d'emplois» et l'«économie»? Houp!, pas de transparence pour ce changement des priorités! Ce n'est pas un hasard qu'il fasse cette déclaration puisqu’à chaque fois qu’il parle c’est pour cacher quelque chose. Faut donc croire que c’est sa mauvaise conscience qui parle! Ce que Couillard entend par «transparence» est le même genre de choses que durant la campagne, quand il a exigé que tous les chefs «et leur conjoints» révèlent leurs liens d'affaires et leurs revenus - c'est une diversion, une fraude de plus. /...Chantier politique

Discussion sur les résultats de l'élection du 7 avril
Les résultats finaux

8 avril 2014 - Le Parti libéral du Québec (PLQ) formera un gouvernement majoritaire. Il a gagné l'élection avec 70 sièges et 41,50% du suffrage exprimé, tandis que le Parti québécois (PQ) a payé pour son arrogance et sa bêtise à déclencher cette élection en ne récoltant que 30 sièges et 25,38% du suffrage exprimé. La Coalition avenir Québec (CAQ) a remporté 22 sièges et 23,05% du suffrage et Québec solidaire trois sièges et 7,64% du suffrage. Le taux de participation a été élevé, 71,43% des 6 012 440 électeurs admissibles. Il y a eu 4 232 145 bulletins de votes qui ont été acceptés et 62, 864 rejetés.

C'est maintenant aux travailleurs, aux jeunes et étudiants et aux aînés du Québec de montrer de quoi ils sont faits
Communiqué du PMLQ après l'élection

8 avril 2014 - «De l'avis du Parti marxiste-léniniste du Québec, l'élection qui s'est terminée hier le 7 avril et la campagne qui dure depuis un mois ont démontré combien il est crucial que la classe ouvrière agisse comme une force politique organisée sur la base de sa politique indépendante. Sa désorganisation en tant que force politique et la désinformation totale qui a été faite ont donné comme résultat un gouvernement libéral majoritaire», a dit Pierre Chénier, chef du PMLQ, à l'annonce des résultats de l'élection. /...Chantier politique

Une défaite ou une victoire?
Gabriel Girard-Bernier

9 avril 2014 - La pression des médias monopolisés et du système électoral et politique voudrait que tous se prononcent sur le résultat des élections en fonction d'une victoire ou d'une défaite. Il y aurait des gagnants et des perdants. S'obliger à définir des gagnants et des perdants dans le système actuel, c'est s'infliger le rôle de spectateurs pour les quatre prochaines années. /...Chantier politique

La défaite humiliante du PQ

9 avril 2014 - Le Parti québécois (PQ) a subi une grande défaite à l'élection du 7 avril, ce qui a mené à la démission de la chef du PQ, Pauline Marois, qui a même perdu son siège dans Charlevoix-Côte-de-Beaupré. Pauline Marois était la première femme à occuper le poste de premier ministre dans l'histoire du Québec. Ses 18 mois de gouvernement minoritaire ont aussi été les plus brefs de l'histoire du Québec et c'est Pauline Marois elle-même qui y a mis fin en appelant l'élection. Le PQ a recueilli seulement 25,4 % des voix, le plus faible taux depuis sa première campagne électorale en 1970. /...Chantier politique

RECEVOIR PAR COURRIEL
Pour recevoir gratuitement Chantier
poltiique par courrier électronique, écrivez à abonnement@pmlq.qc.ca




Ce site est géré par le Parti marxiste-léniniste du Québec
Pour tout problème avec ce site: webmaster@pmlq.qc.ca