Le PMLQ accueille favorablement
la discussion sur les valeurs québécoises
 
22 septembre 2013

  

Les articles du PMLQ sur le projet de Charte
  
 
Conseil national du PMLQ
 
À propos des accommodements
dits raisonnables

    
La société doit définir les droits
sur une base moderne

  
La difficulté d'en arriver à un consensus
  
Une hésitation à proposer les changements novateurs qui mèneront l'élargissement de la démocratie à sa conclusion logique
   
Aujourd'hui c'est seulement en garantissant les droits humains que les droits des minorités peuvent être protégés
 
Les valeurs chères à Stephen Harper
Le gouvernement du Québec, par sa première ministre Pauline Marois et Bernard Drainville, ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, propose l'adoption d'une Charte des valeurs québécoises.

La direction dans laquelle les gouvernements mènent le Québec est nécessairement basée sur les valeurs qu'ils épousent. Le PMLQ considère par conséquent que d'engager tout le corps politique dans des délibérations sur quelles valeurs doivent être à la base du Québec est une bonne chose. Nous accueillons favorablement la discussion sur les valeurs québécoises et lançons l'appel à tous de s'y joindre.

Le PMLQ est d'avis que c'est une excellente occasion de discuter des valeurs qui sont proposées. Les valeurs proposées proviennent-elles de l'expérience québécoise ? Si oui, comment ? Quelle est l'expérience québécoise ? L'expérience des autres peuples peut-elle aussi nous éclairer sur le sujet et nous aider à tirer les conclusions qui s'imposent?

Le monde est entré dans une période très complexe et la voie vers l'avant n'est pas évidente. Le besoin de discuter de l'expérience acquise jusqu'à présent et d'en faire le bilan pour répondre aux demandes du présent et ouvrir une voie vers l'avenir n'a jamais été aussi grand. Nous devons nous instruire sur les définitions que nous avons héritées du passé et les considérations qui ont informé ceux qui ont bâti la nation dans le passé. S'il est vrai que nous devons étudier le passé, il est également vrai que cette étude ne sera pas utile si nous n'identifions pas d'abord les besoins du présent. Nous pouvons de là examiner le passé pour mieux comprendre d'où viennent les besoins du présent. Nous devons également comprendre dans toute leur profondeur les valeurs que nous épousons, en termes réels, en termes de comment elles sont vécues et comprises par tous les individus et tous leurs collectifs. Il est également crucial d'harmoniser les différents intérêts conflictuels avec l'intérêt général de la société. Cela ne devrait-il pas être reconnu comme condition importante pour le succès de la discussion ?

En ce qui concerne les individus, tous ont des droits du fait qu'ils sont humains. Il ne peut pas y en avoir qui ont plus de droits que d'autres. Mais une chose qu'il serait bon de reconnaître en ce qui concerne les individus est qu'ils ne naissent pas égaux. Certains naissent dans des conditions de richesse et de privilèges, d'autres dans la pauvreté. Certains sont plus talentueux que d'autres selon les domaines de l'activité humaine. Par ailleurs tous ne vivent pas le monde de la même façon. C'est parce que tous ne naissent pas égaux qu'il faut des gouvernements, des institutions d'État et des lois qui défendent les droits de tous et les garantissent en pratique. C'est en raison de nos intérêts conflictuels que nous avons besoin de processus politiques qui permettent de résoudre les différends sans recourir à la force. Le recours à la force ne peut être accepté que sur la base de la primauté du droit et de l'application régulière de la loi.

Le PMLQ croit qu'il n'y a pas plus grande entreprise aujourd'hui que de définir nous-mêmes qui nous sommes et quels arrangements sociaux, politiques, économiques et écologiques sont nécessaires à notre épanouissement. Cette discussion requiert une atmosphère où chacun peut intervenir de façon responsable et librement, sans craindre des attaques personnelles. C'est une discussion qui rejette de par son objectif même ceux qui sont grossiers et qui cherchent à tirer profit d'une confusion semée à des fins partisanes ou pour désinformer le corps politique et attiser les passions de telle sorte que les gens ne puissent plus penser.

À cet égard, le PMLQ croit que la discussion de fond sur ces questions peut enrichir énormément le corps politique au Québec, l'unir et renforcer sa confiance en lui-même. Seuls ceux qui ont une préoccupation morbide de la défaite n'ont pas confiance dans la capacité du peuple de s'unir ou remettent en cause la motivation de chacun, de bâtir une société qui défend les droits de tous. Le PMLQ condamne en particulier l'intervention grossière du mal-nommé ministre fédéral du Multiculturalisme Jason Kenney dans ce débat. Par ses agissements il fait preuve d'une ignorance crasse qui n'aide pas du tout à bâtir l'unité du peuple québécois, ou l'unité fraternelle entre le peuple du Québec et le peuple du Canada.

Le fait qu'un ministre du gouvernement fédéral puisse se servir de sa position de pouvoir pour banaliser des choses qui sont d'une grande sensibilité pour beaucoup montre la nécessité de nous armer d'opinions éclairées sur toutes les questions d'intérêt fondamental. Cela comprend les concepts de base comme la distinction entre citoyenneté et nationalité, la séparation de l'État et de l'Église, ce qu'on entend par laïcité, tolérance, multiculturalisme et intégration, et surtout comment ces concepts ont évolué avec le temps au Québec et dans ses rapports avec l'État fédéral anglo-canadien.


Les différentes prises de positions dans le débat
  
Position des partis poltiques
 
Position des syndicats
 
Opinions des organisations sociales
 
Tentative de compromis
 
Manifeste pour un Québec inclusif
  
Rassemblement pour la laïcité

Matériel de référence
  
Les propositions du gouvernement
  

ACCUEIL

Ce site est géré par le Parti marxiste-léniniste du Québec

Pour tout problème avec ce site: webmaster@pmlq.qc.ca