Chantier Politique

 6 décembre 2016

Numéro 29

27e anniversaire de la tragédie de la Polytechnique

Non à toute forme de violence
contre les femmes et les enfants !

Des milliers de femmes et leurs organisations réitèrent aujourd'hui leur ordre du jour pour l'élimination de la violence contre les femmes et pour une autorité publique qui prend responsabilité sociale et garantit les droits de toutes et tous.

À ce titre, nous dénonçons fermement le fait que le gouvernement du Québec piétine et refuse de poursuivre les enquêtes à Val d'Or demandées par les femmes autochtones et leurs alliées. Justice doit être rendue pour les familles, les femmes et filles autochtones mortes, disparues et violentées.

Le 6 décembre est le 27e anniversaire de la tuerie de l'École polytechnique, un des événements les plus tragiques qui ait frappé la société québécoise et canadienne. Le 6 décembre 1989, un individu ouvrait le feu sur vingt-huit personnes, tuant quatorze femmes et blessant dix femmes et quatre hommes, avant de se suicider. Au moins quatre personnes se sont suicidées à la suite de ce drame. À l'occasion de ce triste anniversaire, des commémorations, assemblées et vigiles se tiennent partout au Québec à la mémoire de ces jeunes femmes qui ont perdu la vie pour avoir existé en tant que femme. Elles ont lieu à Saint-Georges-de-Beauce, Trois-Rivières, Saint-Jean-Port-Joli, Iles-de-la-Madeleine, Gatineau, Vaudreuil-Dorion, Montréal, Québec et d'autres villes. Cette journée se tient dans le cadre de la Campagne des 12 jours d'action pour l'élimination des violences envers les femmes qui a eu lieu du 24 novembre au 6 décembre.

La dégénérescence politique, sociale, culturelle et économique a atteint un niveau tel que la violence, loin de diminuer, prend des proportions sans précédent dans toutes les sphères de la société. Cette violence est intimement liée au fait que l'autorité publique aujourd'hui défend les intérêts privés dominants et le droit de monopole. Ce ne sont pas les solutions qui manquent telles les réclamations des femmes et de leurs organisations pour des investissements massifs dans les services sociaux et à tous les organismes qui oeuvrent auprès des femmes violentées, laissées pour compte ; telles la demande des femmes autochtones pour la création d'une commission d'enquête judiciaire indépendante provinciale afin d'enquêter sur la relation entre les femmes autochtones du Québec et les institutions policières ; ou encore l'exigence du retrait de la loi 70 contre les assistés sociaux et les plus vulnérables, une Loi qui décrète en toute impunité l'appauvrissement de jeunes, de femmes, mères de famille, autochtones, femmes issues des minorités, ne les traitant pas comme des personnes humaines. 

La direction actuelle de l'économie est antisociale, brutale et violente dans tous les sens du terme. Ce ne sont pas les ressources qui manquent pour éliminer la violence. Le blocage vient du fait que les femmes, les travailleurs, ceux qui produisent la richesse dans la société n'ont pas de contrôle sur les décisions qui affectent leur vie. En orientant la bataille pour changer la direction de l'économie, moderniser le processus politique archaïque qui les maintient dans une position de quémandeuses à la merci d'un gouvernement qui poursuit son programme d'austérité, les femmes et leurs alliés peuvent faire de grandes avances.


Participons aux activités du 6 décembre en
commémoration de la tragédie de Polytechnique! 
Défendons les droits de toutes et tous !

Québec
11 h 30
Rassemblement devant l'Assemblée nationale du Québec

Montréal
midi
Rassemblement au 2915, rue Ontario Est, Montréal

Cliquer ici pour toutes les actions au au Québec

Haut de
page


LES ARCHIVES DE CHANTIER POLITIQUE | ACCUEIL

Lisez Chantier politique
Website: www.pmlq.qc.ca   Courriel:  bureau@pmlq.qc.ca