Volume 2 Numéro 78 - 16 mai 2014

Le Troisième Colloque des partis émergents
se tient ce samedi 17 mai

Les partis émergents tiendront leur Troisième Colloque le samedi 17 mai à Montréal. Le parti hôte cette fois est le Bloc Pot et les préparatifs et consultations en vue du colloque vont bon train. Tous les partis présents aux premier et deuxième colloques ont confirmé leur présence et au moins un autre a indiqué qu'il y sera. Les participants au deuxième colloque étaient: le Bloc Pot, l'Équipe autonomiste, le Parti des sans-parti, le Parti équitable du Québec, le Parti marxiste-léniniste du Québec et le Parti Unité nationale. Par partis émergents, le colloque entend partis qui n'ont pas de députés à l'Assemblée nationale.

Les partis comptent faire un retour sur les décisions prises lors du deuxième colloque tenu le 22 février dernier pour évaluer ce qui a été accompli et décider des suites à donner. On se rappellera que le deuxième colloque avait pris les décisions suivantes :

- demander la production d'un fascicule par le DGEQ dans lequel un espace égal est accordé pour reproduire les grandes lignes du programme de chaque parti, écrit par lui, et distribué dans chaque foyer;

-  préparer un projet de modification à la Loi électorale à cet effet, qui sera présenté à un député pour qu'il soit présenté à l'Assemblée nationale;

- initier un lieu d'échange interne pour que les partis communiquent entre eux ; et

- demander que la validation des signatures d'électeurs dans la Déclaration de candidature soit faite sur la base que le signataire est électeur résidant dans la circonscription et non pas qu'il doit être sur la liste électorale permanente.


  
Le premier Colloque
des partis émergents:
un franc succès


Les partis émergents
s'opposent à leur
marginalisation et
demandent des
changements immédiats
à la loi électorale


Les participants avaient fait valoir que la discrimination que le processus électoral et les médias exercent contre les partis émergents est la manifestation d'un problème avec la démocratie au Québec, puisque les électeurs n'ont même pas le droit de savoir qui se présente, candidats ou partis, ce qu'ils ont à dire, et l'impression est donnée qu'il y a seulement quatre partis au Québec. Dans ces conditions, avaient-ils dit, parler d'un vote informé est impossible au départ.

Sur la question de la validation des signatures sur la Déclaration de candidature, la loi exige que le candidat recueille l'appui de 100 électeurs de la circonscription mais un grand nombre des signatures recueillies sont rejetées, ou bien parce que le nom du signataire ne se trouve pas sur la liste électorale permanente, même s'il est bel et bien électeur et habite dans la circonscription, ou bien parce qu'il ne signe pas son nom exactement comme il est écrit sur cette liste (ex. : St-Cyr ou St Cyr).

Le colloque compte aussi discuter de l'élection du 7 avril et de l'expérience des partis dans celle-ci. Malgré les embûches et les ressources limitées, les six partis émergents qui ont participé au deuxième colloque ont été capables de présenter au total 56 candidats pour faire entendre leur voix et présenter leur vision du Québec, ce qui n'est pas une mince affaire. « Les partis ont participé à l'élection et auront sûrement beaucoup à dire, ayant rencontré et discuté avec des centaines de personnes dans toutes les régions du Québec», a dit Pierre Chénier, chef du PMLQ.

La poursuite de l'initiative des colloques des partis émergents montre que ces derniers sont déterminés à obtenir des changements concrets qui rendront le paysage politique au Québec plus favorable à leur participation et qui seront à l'avantage des électeurs.

Pour toute information concernant le Troisième Colloque des partis émergents, on peut contacter l'hôte de la rencontre au (514) 563-2419.

 


Lisez Le chantier politique
Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca