Volume 2 Numéro 80 - 21 mai 2014

Journée nationale des patriotes

Affirmation du besoin
de l'édification nationale aujourd'hui


Des actions ont eu lieu dans plusieurs villes du Québec le lundi 19 mai et la fin de semaine précédente en hommage aux Patriotes de 1837-1838 et leur projet d'édification nationale. Tenues sous les thèmes Nous sommes toujours vivants et À la grandeur du Québec, ces célébrations ont été marquées par la participation d'un grand nombre de jeunes du secondaire, du collégial et du niveau universitaire, la participation la plus forte étant celle des étudiants du secondaire venus en groupes de plusieurs écoles.

Frappante aussi était la participation de jeunes d'organisations et partis souverainistes comme Option nationale, Cap sur la souveraineté et le PMLQ qui arboraient leur bannière et invitaient les gens à participer à leurs activités pour construire un mouvement souverainiste qui appartient à tout le monde.

Le plus grand rassemblement, celui organisé par les Jeunes patriotes du Québec, avait lieu à Montréal, suivi d'une marche dans le centre-ville. Près de 600 personnes y ont participé. « La lutte des patriotes demeure une grande inspiration aujourd'hui, a dit Pierre Chénier, chef du PMLQ, qui participait à la marche. Ça nous rappelle qu'on a affaire à une bataille historique entre l'ancien et le nouveau pour de nouveaux arrangements qui donnent le pouvoir au peuple, tout comme le voulaient les patriotes du XIXe siècle. Aujourd'hui la lutte nationale est réduite par les médias et les adhérents aux vieux arrangements à une question de séparatisme. Mais en réalité c'est une question qui concerne toute l'humanité parce que les États-nations créés au XIXe siècle sont désuets. L'épanouissement de la nation, tout comme l'épanouissement de chacun des individus qui la composent, se heurte à des institutions qui appartiennent à une autre époque mais des efforts colossaux sont faits par les élites gouvernantes pour les maintenir en place, ou bien par la force, ou bien par la ruse.»

Il a donné l'exemple des choses qui sont dites à propos de l'élection du 7 avril. « Le résultat de l'élection mène à toutes sortes de conclusions, comme par exemple que personne ne veut plus entendre parler de souveraineté. Les actions des jeunes en ce jour montrent bien que ce n'est pas vrai. Ils veulent un État qui sert le mieux les intérêts du pays. Qui décide est justement la question qui est au centre de notre époque. Et deuxièmement, la question de qui décide est une question qui appartient à tous les Québécois, toute distinction confondue. C'est la chose la plus unificatrice qui soit. C'est donc en affirmant nos droits et en défendant les droits de tous que nous continuerons à faire sauter les vieux dogmes qui viennent avec ces vieilles institutions. »

Prenant la parole au rassemblement, le président des Jeunes Patriotes du Québec, Paolo Zambito, a salué tout le monde et affirmé l'actualité du projet des patriotes. Il a dit que la lutte des patriotes contre le régime colonial de l'époque inspire la lutte d'aujourd'hui, une lutte dont dépend la vie des peuples du monde et une lutte qui a à voir avec les conditions de vie de chacun. « Aujourd'hui cela comprend les luttes des peuples contre les grandes institutions financières, la mondialisation, l'austérité, les attaques contre les pensions et la pauvreté », a-t-il dit, et c'est un combat pour nos valeurs fondamentales.

La marche a été précédée de l'interprétation de chansons dont Le Chant du patriote et l'Alouette en colère de Félix Leclerc, et des discours, et elle s'est terminée en chansons et discours après plus d'une heure de marche dans les grandes artères du centre-ville.

Des marches, assemblées, expositions, soupers et rencontres diverses ont lieu dans au moins 28 autres villes du Québec. À la marche organisée à Rimouski dimanche, le président de la Société nationale de l'Est-du-Québec Alain Martineau a fait remarquer que « la Grande marche des patriotes devient un événement incontournable pour la région. Cette année, la thématique rappelle que, loin de se limiter au Richelieu et à Deux-Montagnes, le mouvement des patriotes de 1837-1838 avait des racines dans pratiquement toutes les régions du Québec. Et le plus important est que ce combat patriote ne fut pas vain, car depuis plus de 175 ans leur lutte pour la démocratie, l'équité sociale et la nation québécoise a continué à inspirer des générations de femmes et d'hommes engagés dans la défense des mêmes principes. Ce n'est donc pas simplement une fête de la mémoire, mais bien une fête tournée vers l'avenir, une fête de l'espoir. »

À Sherbrooke, plus de 50 personnes ont tenu une marche le 19 mai organisée par le Conseil de la souveraineté du Québec de l'Estrie. Discutant de l'actualité du projet des patriotes, un des marcheurs a dit à un journaliste de La Tribune: « Les patriotes se battaient pour un idéal politique. Ils voulaient contrôler le budget et le gouvernement ne voulait pas parce que c'était une colonie. »

À Repentigny, les gens ont tenu un salut aux drapeaux du Québec et aux patriotes avant de se rendre à l'action à Montréal.

De différentes façons, les participants aux actions de la journée ont salué la lutte héroïque des patriotes et affirmé son actualité.

 




Lisez Le chantier politique
Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca