Volume 2 Numéro 116 - 18 septembre 2014

Le gouvernement Couillard doit retirer son projet de loi 3

Tous à la défense des régimes de retraite
des employés municipaux le 20 septembre!


Montréal

Samedi le 20 septembre à midi
Parc La Fontaine (Sherbrooke et Parc La Fontaine)
Organisée par la Coalition syndicale pour la libre négociation. Information: 438-882-3756

C'est ce samedi à midi qu'a lieu la manifestation organisée par les travailleurs municipaux contre le projet de loi 3 du gouvernement Couillard, à la défense de leurs régimes de retraite et d'une retraite en sécurité pour tous. Ce sera la première manifestation de masse contre le gouvernement Couillard et son frauduleux programme d'austérité. En plus des travailleurs municipaux actifs qui y seront en grand nombre, les retraités de ce secteur, d'autres retraités du secteur public, les syndicats d'enseignants, de la santé, de la construction et d'autres ont aussi annoncé leur participation et il y a fort à parier que d'autres répondront à l'appel d'ici samedi.

Le premier ministre répète qu'il « ne veut pas de confrontation » mais qu'il ne peut pas accepter de faire des concessions qui vont « mettre en danger la pérennité des régimes de retraite » « pour que les jeunes puissent y avoir accès ». Mais le projet de loi 3 n'est pas pour assurer la pérennité des régimes — ni pour les jeunes plus tard, ni pour les travailleurs qui sont à veille de prendre leur retraite, ni pour le bien de la société en général. Le projet de loi 3 n'est rien de moins que l'imposition d'une manipulation comptable pour transférer des sommes massives d'argent des poches des travailleurs vers des fonds d'investissement et permettre aux municipalités de se dérober à leurs responsabilité envers leurs retraités.

Le projet de loi 3 enlève aux travailleurs leur droit de négocier leurs conditions de travail. Rappelons qu'avec ce projet de loi, le gouvernement soustrait les régimes de retraite à la négociation collective pour les employés municipaux partout au Québec. Il impose une cotisation 50-50 dans les régimes de retraite actuels et à venir et impose le partage à 50-50 des déficits passés alors que les travailleurs ne sont pas responsables de ces déficits. Il dit expressément que cela se fera par la réduction de leurs prestations. Il interdit l'indexation automatique des prestations de retraite et permet la suspension de l'indexation de la rente des retraités. Puis il déclare non valide toute disposition contraire qui existe dans les conventions collectives. Les travailleurs se font totalement nier leur droit de négocier leurs conditions de vie à la retraite.

La question de « pas de confrontation » est soulevée par un gouvernement qui procède par diktat. Lors d'un point de presse en fin de semaine, parlant de la commission parlementaire sur le projet de loi 3 qui a fait une consultation cet été, le ministre des Affaires municipales Pierre Moreau a dit que le gouvernement va présenter une version modifiée de sa loi. Il a dit refuser d'accéder à quelque revendication que ce soit des travailleurs qui vise à affirmer leur droit de négocier leurs conditions et de maintenir les régimes de retraite qu'ils ont. Par contre, il a dit être « sensible à leurs préoccupations » et qu'il pensait à des choses comme permettre aux conventions collectives des employés municipaux qui ont un régime de retraite bien capitalisé d'arriver à terme avant de frapper les travailleurs avec la loi. Cela ne change strictement rien aux attaques contre les droits qui sont contenues dans le projet de oi et cela ne répond d'ailleurs à aucune des demandes exprimées en commission parlementaire par les syndicats et les organisations de retraités qui s'opposent au caractère injuste inhérent de la loi.



Tous à la défense du droit à une retraite en sécurité!

Blâmons le gouvernement et non les travailleurs pour son comportement criminel!


Pour pouvoir maintenir sa prétention d'ouverture au dialogue alors qu'il impose le diktat des riches par une loi sans appel, le gouvernement Couillard s'abaisse à utiliser la tactique disgracieuse de présenter les travailleurs municipaux comme des extrémistes. Il a en cela la complicité des médias monopolisés et des maires. Ces derniers remplissent les ondes de racontars à propos d'un prétendu climat d'« intimidation » à l'hôtel de ville. Le maire de Montréal Denis Coderre a passé la semaine à parler du besoin de « renforcer la sécurité à l'hôtel de ville » et a même alimenté les manchettes en disant qu'il voulait s'arroger la responsabilité complète de la sécurité, ce qui serait une violation grossière des règles sur la séparation des pouvoirs. Le but visé était d'amener tout le monde à parler des « dangereux » employés municipaux.

Tout cela sert à faire diversion pour que les Québécois ne voient pas ce qui se passe. En changeant unilatéralement les règles du jeu dans la négociation collective telles qu'elles existent au Québec depuis 60 ans, le gouvernement crée l'impasse et provoque inévitablement la confrontation. Les grands intérêts privés qui ont besoin tout de suite et maintenant de grandes sommes d'argent dans les fonds d'investissement exigent des gouvernements qu'ils abandonnent l'équilibre établi quelles qu'en soient les conséquences. Cela ne va pas permettre d'apporter des solutions aux problèmes de la société, bien au contraire. Cela ne fait que créer le chaos avec pour seule règle le droit du plus fort. La solution aux problèmes de la société québécoise nécessite un nouvel arrangement qui soit basé sur la reconnaissance des droits des travailleurs et la défense du bien public et en défendant, leurs pensions les travailleurs municipaux contribuent à cette cause.

Les travailleurs municipaux n'ont pas cherché la confrontation et ils veulent la paix mais celle-ci doit être basée sur la justice et la reconnaissance de leurs droits et des droits de tous. C'est une bataille cruciale pour le Québec et c'est pourquoi de plus en plus de secteurs de la société se joignent aux travailleurs municipaux dans leur bataille pour leurs retraites.

Plein succès à la manifestation du 20 septembre!
Tous à la défense du droit à une retraite en sécurité!




Lisez Le chantier politique
Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca