Volume 2 Numéro 117 - 19 septembre 2014

Tous à la défense des régimes de retraite des employés municipaux!

Les retraités seront de la manifestation
et demandent le retrait du projet de loi 3


Montréal

Le samedi 20 septembre à midi
Parc La Fontaine (Sherbrooke et Parc La Fontaine)
Organisée par la Coalition syndicale pour la libre négociation. Information: 438-882-3756

En conférence de presse le 15 septembre, les Retraités de la Coalition syndicale pour la libre négociation ont annoncé leur participation à la manifestation du 20 septembre et rendu publique une lettre envoyée au premier ministre Philippe Couillard demandant le retrait du projet de loi 3. « Monsieur Couillard, si vous faites le calcul que les aînés ne se lèveront pas pour protester, vous commettez une grave erreur », ont lancé leurs porte-parole.

« Nous, les retraités, serons nombreux à la grande manifestation du samedi 20 septembre de 11 h à 14 h à Montréal. Nous serons accompagnés de citoyens de tous âges, retraités, actifs, jeunes et familles. Ensemble, nous allons dénoncer le projet de loi 3. Il signifie le nivellement par le bas, l'appauvrissement des retraités et le non-respect des accords signés, en plus de menacer le droit à une retraite décente », a dit le porte-parole Jean Carette, vice-président du Réseau Espaces 50+, qui était entouré de représentants de plusieurs autres groupes de retraités. Les retraités, qui se sont joints à la Coalition cet été, font savoir au gouvernement Couillard que les travailleurs municipaux à la retraite ne sont pas les seuls retraités au Québec qui demandent le retrait du projet de loi ou sa refonte complète et que des associations représentant des centaines de milliers de retraités de tous milieux ont dénoncé le projet en commission parlementaire cet été.



Tous à la défense des régimes de retraite
des employés municipaux le 20 septembre!


Blâmons le gouvernement et non les travailleurs pour son comportement criminel!

Selon les retraités, le refus du gouvernement de retirer son projet de loi ou de le refondre entièrement en dépit de l'opposition populaire est le signe d'un contexte politique où les régimes de retraite et les programmes sociaux dans leur ensemble sont menacés. « Au bilan, lit-on dans la lettre au premier ministre Couillard, l'impassibilité ministérielle nous porte à croire en une volonté gouvernementale de réduire les droits à une retraite décente et d'opérer un nivellement par le bas, sous prétexte d'assainissements budgétaires à très courte vue. Premier acte d'une révision systématique des programmes et des services qui vient menacer directement le contrat social laborieusement négocié depuis les débuts de ce que nous avons appelé la Révolution tranquille. »

« Monsieur le Premier Ministre, poursuit la lettre, il ne faudrait pas qu'un entêtement gouvernemental provoque une crise sociale. Nous ne le souhaitons pas et nous vous invitons à une réflexion sérieuse et globale sur les enjeux de ce que nous considérons comme une faute politique déjà très dommageable. »

En plus du retrait du projet de loi 3, les retraités demandent au gouvernement de laisser se dérouler une libre négociation entre les parties impliquées dans les régimes de retraite municipaux, d'examiner les moyens qui permettraient aux retraités et à leurs représentants de participer aux décisions qui les concernent et d'examiner la plate-forme de la Coalition pour une retraite décente qui regroupe 70 organisations qui demandent l'amélioration du Régime des rentes du Québec.


Les employés municipaux manifestent
au «Forum des idées» du Parti libéral

Dimanche le 14 septembre, près de 300 travailleurs municipaux sont allés manifester à Saint-Lambert devant le collège où se tenait le Forum des idées pour le Québec organisé par le Parti libéral. Ils y sont allés pour y présenter quelques idées de leur cru mais il n'y avait pas de place pour elles dans le forum. C'est plutôt par une forte présence policière et le refus du gouvernement Couillard d'accéder à leurs demandes qu'ils ont été accueillis. « Si l'attente est que nous modifions les objectifs de notre projet et ses principes fondamentaux [...] ils vont être déçus », a dit le premier ministre en point de presse.

Par « principes fondamentaux », lui et son ministre des Affaires municipales Pierre Moreau entendent justement ce que les travailleurs dénoncent comme étant sans principe, comme la violation du droit de négocier leurs conditions de travail et de vie, la violation des ententes signées, l'attaque aux conditions de vie des retraités et nombre d'autres attaques.

En point de presse également, le ministre Moreau a dit que le projet de loi sera certainement modifiée, et il a donné l'avenue possible de laisser les conventions collectives des employés ayant un fonds de pension bien capitalisé se terminer avant que la loi ne les frappe, plutôt que d'annuler de facto toutes les conventions collectives avec la loi. Ce à quoi les travailleurs présents ont répliqué qu'ils ne demandent pas des ajustements mais des « changements de fond » selon les mots de Marc Ranger, le porte-parole de la Coalition pour une libre négociation.

Le porte-parole de la coalition a aussi dit que « le premier ministre est ici et nous voulons lui rappeler que les employés municipaux ne cherchent pas la confrontation, mais si rien ne change, c'est une invitation à la confrontation ».




Lisez Le chantier politique
Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca