Volume 2 Numéro 140 - 6 novembre 2014


Manifestons dimanche pour dire Non! au retour en arrière pour les services aux familles


Le dimanche 9 novembre auront lieu des manifestations régionales à l'échelle du Québec pour rejeter les politiques d'austérité du gouvernement Couillard dans les services aux familles. Des manifestations simultanées auront lieu dans 11 villes: Montréal, Québec, Trois-Rivières, Rimouski, Sherbrooke, Saguenay, Gatineau, Sept-Îles, Rouyn-Noranda, Longueuil et New Richmond.

Les manifestations sont organisées par la coalition Mouvement pour la sauvegarde de la politique familiale mise sur pied à l'initiative de l'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE). Afin d'assurer le succès des actions et mobiliser la population face aux mesures et menaces qui, selon la coalition, constituent un démantèlement de la politique familiale au Québec, l'AQCPE a entrepris une tournée des régions du 22 octobre au 9 novembre.

Le Mouvement pour la sauvegarde de la politique familiale dénonce en particulier les mesures suivantes qui ont été imposées par le gouvernement Couillard:

- hausse de la contribution parentale pour les services de garde éducatifs depuis le 1er octobre 2014 (de 7 $ à 7,30 $) ;
- report de la création de milliers de nouvelles places dans les CPE jusqu'en 2021 ;
- coupes de 70 millions $ dans les services de garde éducatifs à la petite enfance ;
- suspension indéfinie du programme d'amélioration de la qualité dans les services de garde, et ce, rétroactivement au 1er avril dernier;
- coupes importantes dans les services de garde éducatifs en milieu scolaire.

Il met les gens en garde contre la menace du gouvernement de remettre en question le Régime québécois d'assurance parentale.

Dans le contexte de la révision des programmes qu'effectue présentement le gouvernement dans le cadre de l'atteinte du déficit zéro en 2015-2016, l'AQCPE s'attend à des compressions encore plus grandes dans les budgets des services de garde de même qu'à une augmentation drastique de la tarification dans les services subventionnés qui se situe présentement à 7,30 $ par jour, voire même à la privatisation du réseau. On craint aussi que le gouvernement ne pige encore plus dans les surplus qui sont amassés par les centres de la petite enfance (CPE) et des bureaux coordonnateurs (BC) qui supervisent des garderies en milieu familial. Selon l'Association, les subventions que le ministère de la Famille verse aux CPE ont été amputées pour le mois de novembre afin de tenir compte des sommes que Québec veut récupérer.

«C'est pratiquement du vol, a déclaré aux médias Élyse Lebeau, directrice générale du CPE de Saint-Luc, concernant la décision du gouvernement de s'emparer des surplus des CPE et des BC. On a des surplus parce qu'on gère bien et qu'on a organisé des campagnes de financement. Pas parce que nous avons reçu trop de subventions.» On estime qu'entre novembre et mars prochain, le gouvernement devrait s'emparer de 45,6 millions $ de surplus cumulés. Une portion de la somme due sera amputée tous les mois des subventions versées par Québec.

Dans le mémoire qu'elle a présenté à la Commission d'examen de la fiscalité québécoise le 10 octobre, l'AQCPE fait état de compressions budgétaires de 260 millions $ qui ont été imposées aux CPE et aux services de garde en milieu familial par les gouvernements depuis 1996.

Les travailleuses du réseau dénoncent aussi que les décisions sur des sujets aussi importants pour les familles québécoises sont prises derrière des portes closes. Les mesures qui sont déjà appliquées ont été prises sans consultation avec les organisations de travailleuses qui dispensent les services aux familles. La ministre de la famille Francine Charbonneau dit qu'il ne faut pas faire peur aux familles et que le gouvernement n'en est qu'à l'étape des consultations dans la foulée de la Commission de révision des programmes. Mais cela ne tient pas la route parce que le gouvernement a déjà annoncé son intention de comprimer encore plus les programmes et même de les abolir et la ministre s'est fait connaître comme celle qui est « là pour ébranler les piliers du temple » et elle a averti que « le réseau a raison d'être inquiet ».

À la veille des manifestations de dimanche, le gouvernement Couillard doit annoncer sous peu qu'il ira de l'avant avec une tarification modulée sur la base des revenus faisant passer les tarifs à 8 $ par jour lequel augmentera selon les revenus.  L'AQCPE a déjà rejeté cette « solution »,  considérant que la modulation existe déjà à travers les tables d'impôts. Elle rejette d'emblée la logique comptable du gouvernement qui considère que ces services sont une dépense qui coûte cher à l'État. Les sommes investies dans le réseau des CPE sont un investissement important pour les enfants et l'ensemble de la société, affirme l'Association, et non une dépense.



Les travailleuses en grève à la défense de la dignité de leur travail


Le «changement de culture» doit commencer avec
une garantie des droits des citoyens


'AQCPE fait valoir que les services de garde ont permis à des milliers de femmes au Québec de joindre le marché du travail et la vie active au cours des 50 dernières années. Seulement de 1996 à 2011, le taux d'activité des femmes de 15 à 64 ans est passé de 63 % à 75 % , indique-t-elle, alors pas question de retourner en arrière.

Chantier politique appuie les manifestations et invite tout le monde à y participer. Les femmes, les travailleurs et les familles du Québec ne veulent pas retourner en arrière ni être placés dans une situation où les femmes doivent retourner à la maison à cause de services de garde inexistants ou trop coûteux. Tous veulent un service de garde digne d'une société moderne dans les meilleures conditions que la société peut offrir à la jeune génération. À l'heure où les emplois sont précaires, sur appel, de jour et de soir, les services de garde doivent être garantis à tous et organisés pour servir toutes les familles tenant compte de leurs conditions spécifiques, et non pas être démantelés.

Contre l'austérité et pour la défense des programmes sociaux
Manifestations régionales contre l'austérité
9 novembre à 10 h
Tous à la défense des programmes sociaux pour la famille !

   

  
Montréal
   
10 h à la Place des festivals rue Ste-Catherine

Québec
   
10 h au Parc de l’Amérique française

Gatineau
   
10 h au Parc Laurent-Groulx
Pour les autres manifestations, voir le site ToujoursFousDeNosEnfants.com
Manifestation simultanée à Québec et à Montréal
29 novembre à 13 heures
(arrivez à midi)

Montréal : Place du Canada (angle Peel et René-Lévesque)
Québec : Parc des Champs-de-Bataille (plaines d’Abraham)
Information: refusonslausterite.org



Lisez Le chantier politique
Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca