Volume 3 Numéro 4  - 9 février 2015

Ouverture de l'Assemblée nationale

La voie de la prospérité de Couillard n'est pas la nôtre

Aujourd'hui 10 février, l'Assemblée nationale du Québec reprend ses travaux. C'est l'heure d'être à l'affût des nouvelles attaques des libéraux contre la société moderne et les droits de tous et d'en discuter tous ensemble pour être en mesure de mettre en valeur la volonté souveraine du peuple.

Le ton que le gouvernement veut donner aux travaux de l'Assemblée nationale a été donné par le premier ministre Philippe Couillard dans son allocution devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain le 3 février. Ne reculant devant rien pour plaire aux riches, le premier ministre a dit aux hommes d'affaires réunis qu'il était en train de tracer la « voie de la prospérité » pour le Québec. C'est la « voie de la prospérité » dont les centaines de manifestants réunis à l'extérieur ont décrié les conséquences pour le Québec, les Québécois, leur économie et leur environnement.

Tout comme Stephen Harper au fédéral, Philippe Couillard montre aux yeux de tous qu'il est d'abord et avant tout redevable devant l'« élite économique ». Cette arrogance de la gouvernance libérale est sans limite. Aux manifestants qui ont réussi à s'introduire dans la salle pendant son discours et brandissaient des pancartes « Stop Couillard ! », il a répondu « Jamais ! »

En fait, le ton réel du plan libéral a été donné vendredi dernier quand le gouvernement a fait adopter la loi 10 sous bâillon. Ce geste méprisant signifie que les libéraux ne toléreront aucune opposition à leur programme pour avancer sur la voie de la prospérité pour les riches, y compris à l'assemblée nationale.

Les Québécois n'acceptent pas la notion néolibérale que le Québec « n'a pas les moyens » de satisfaire les demandes des travailleurs et du peuple en ce qui concerne les retraites, les besoins en éducation et en santé et en services sociaux indispensables au bon fonctionnement de la société. Les travailleurs du Québec créent suffisamment de richesse pour garantir la réalisation des droits de tous. La prospérité ne peut être garantie que par la défense des droits de tous, jumelée à une économie prosociale, nationale et industrialisée dans toutes les régions du Québec.

La soumission de l'intérêt public aux puissants intérêts privés est la « voie de la prospérité » pour les riches seulement. Les élus à l'Assemblée nationale ont le devoir de mettre en valeur le droit souverain du peuple de décider de la marche à suivre. Dans cette optique, surveillons de près la prochaine session, exigeons des comptes de ces élus et discutons-en pour être mieux en mesure d'y répondre. C'est de notre avenir qu'il s'agit.


Les enseignants donnent leur ton à la veille de l'ouverture de l'Assemblée nationale


Plus de 1200 enseignants de Montréal ont bravé le froid le lundi 9 février pour se rassembler devant les bureaux de Philippe Couillard dans le centre-ville. Pendant une heure, ils ont bruyamment signifié leur opposition aux politiques de Couillard en éducation publique et ont réaffirmé leur volonté de défendre leurs demandes concernant leurs conditions de travail et de salaire. Les participants n'ont pas non plus manqué de dénoncer l'imposition du projet de loi 10 par bâillon.

Sylvain Mallette, président de la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), a clos la manifestation en disant : « Malgré le mécontentement que nous avons exprimé au cours des dernières semaines, le gouvernement persiste et signe avec sa politique d'austérité ! [...] Nous continuerons de dénoncer sa politique d'austérité et d'exprimer notre colère face aux propositions patronales méprisantes déposées en décembre dans le cadre du renouvellement de notre convention collective. »





Lisez Le chantier politique
Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca