Volume 3 Numéro 32  - 27 avril 2015

75e anniversaire du droit de vote des femmes au Québec

Aujourd'hui, la demande est celle
du renouveau démocratique

Le 25 avril 2015 est le 75e anniversaire du droit de vote des femmes au Québec. L'obtention du droit de vote a été le résultat d'années de luttes acharnées de femmes du Québec pour affirmer leur droit d'être dans la société. Dès 1922, elles étaient plus de 400 à se rendre à Québec pour exiger du gouvernement de l'époque qu'il reconnaisse l'universalité du droit de vote. En 1927, elles arrivent enfin à faire voter un projet de loi leur accordant le vote et se rendent à Québec à chaque fois qu'un de ces projets de loi est voté, soit de 1928 à 1939. Ce n'est que le 25 avril 1940 que le projet de loi est enfin adopté.

Le besoin urgent du renouveau démocratique

75 ans plus tard, le problème qui se pose pour les femmes et pour l'ensemble du corps politique est le blocage du processus politique actuel qui les empêche d'exercer le contrôle et le pouvoir de décider sur toutes les questions qui le concernent. Qu'est-ce que le droit de vote aujourd'hui sans le droit de décider de la direction de l'économie, de l'utilisation des richesses créés, sans un mécanisme qui habilite le peuple à participer activement aux affaires politiques du pays ? Les femmes sont actives dans toutes les sphères de la société. Elles sont à la tête de la lutte au Québec contre l'offensive antisociale du gouvernement Couillard et son programme d'austérité. Elles marchent, prennent position, s'opposent à l'imposition des bâillons et de la gouvernance par décret et des lois omnibus qui chamboulent la société aujourd'hui et attaquent de plein fouet leurs droits, leurs conditions de vie et de travail, les conditions de leur famille et de leurs pairs. Aujourd'hui, les batailles se mènent en déclarant pas en notre nom ! Comme l'ensemble du peuple du Québec, les femmes confrontent aujourd'hui l'opposition de l'élite dirigeante de permettre à cette volonté de changement de prendre forme dans la vie réelle pour que la société serve l'ensemble de ses membres. Mais comment y arriver quand le peuple est si clairement dépourvu du pouvoir ?

L'autorité publique est usurpée par les gouvernements pour qu'elle serve des intérêts privés. Le gouvernement majoritaire de Philippe Couillard l'utilise pour imposer son ordre du jour d'austérité et de destruction nationale, par le biais de bâillons, de décret et par le détournement des fonds publics pour les riches, en disant qu'il a obtenu le mandat de le faire au nom de ce droit de vote. Au fédéral, c'est la dictature proguerre de Stephen Harper qui défend le droit de monopoles et la criminalisation de tous les collectifs pour servir les intérêts impérialistes étatsuniens et des forces les plus noires et réactionnaires. Le projet de loi C-51 antiterroriste 2015 qui vise à criminaliser tous ceux qui se battent pour ouvrir la voie au progrès de la société en est que l'exemple le plus récent.

Pour que le droit de vote puisse s'exercer, il faut un processus moderne qui garantit à tous les citoyens le droit d'élire et d'être élu. Cela signifie être capable de sélectionner tes propres candidats, de choisir un programme politique qui défend les meilleurs intérêts de tous, dans les endroits de travail dans les maisons d'éducation, dans les quartiers et les résidences des aînées, là où les gens sont, vivent et travaillent. La Loi électorale devrait prévoir le financement du processus pour encourager et permettre à tous de participer à la vie politique non seulement en périodes électorales mais en tout temps. Les fonds publics doivent servir à 100 % l'ensemble du corps politique et non le financement des partis politiques par l'État, partis qui représentent des intérêts privés.

En ce 75e anniversaire du droit de vote des femmes, ce qui est à l'ordre du jour est l'urgence du renouveau du processus politique qui place le peuple au coeur des prises de décision pour stopper l'usurpation du pouvoir par des intérêts privés, un processus moderne qui investit le peuple du pouvoir souverain. Les femmes sont déjà à la tête des luttes aujourd'hui qui visent ces changements ! Cela peut se faire, cela doit se faire.


75e anniversaire du droit de vote des femmes au Québec

À titre d'information

La ligue des droits des femmes célébrant le 1er anniversaire du droit de vote des femmes au Québec (UQAC)

Ce fut une grande avance pour la société à l'époque lorsque les femmes ont gagné de chaudes luttes le droit de voter et de prendre part aux affaires politiques du pays. Au fédéral, les femmes ont obtenu le droit de vote en 1918. Au provincial, celui-ci est accordé aux femmes en 1916 au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta, en 1917 en Colombie-Britannique et en Ontario, en 1918 en Nouvelle-Écosse, en 1919 au Nouveau-Brunswick, en 1922 à l'Île-du-Prince-Édouard et en 1925 à Terre-Neuve. Ce n'est qu'en 1940 que les femmes au Québec obtenaient le droit de vote. En 1947, ce sont les Canadiens d'origines chinoise et «indoue » qui obtinrent le droit de vote, suivie par les Canadiens d'origine japonaise en 1948. En 1960, les Autochtones obtiennent le droit de vote au fédéral et en 1969 au Québec.

Aujourd'hui, ceux et celles qui ont un statut de résident au Canada et au Québec, n'ont pas le droit de vote, et ce, malgré qu'ils paient des impôts et participent à la vie économique au Québec et au Canada. La bataille n'est pas terminée.



Lisez Le chantier politique
Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca