Volume 3 Numéro 33  - 1er mai 2015

Premier Mai 2015

Faisons échec à l'austérité antisociale de Couillard! Défaisons Harper à l'élection de 2015!
Investissons-nous du pouvoir de décider!

En ce Premier Mai 2015, les travailleurs du Québec font face au double défi de vaincre le programme d'austérité antisociale du gouvernement de Philippe Couillard et de défaire le gouvernement Harper à l'élection fédérale de 2015.

Un an du gouvernement Couillard a démontré que les riches et leurs gouvernements n'ont pas de solution aux problèmes de l'économie. Leur stratégie de tout miser sur l'exploitation des ressources naturelles est un échec évident pour tout le monde sauf pour eux. La croissance économique est à son plus bas niveau tandis que les composantes fondamentales de l'économie moderne du Québec comme la santé et l'éducation sont affaiblies par des dizaines d'années de coupures inconsidérées. Le budget du 26 mars dernier impose la plus faible croissance des dépenses en programme de toute l'histoire du Québec.

Les fonctions d'État ont été usurpées par de puissants intérêts privés qui dictent leur volonté envers et contre tous. Le projet de loi 10 qui restructure la santé pour faciliter la privatisation et qui concentre tous les pouvoirs décisionnels entre les mains du ministre de la Santé, a été adopté sous bâillon à l'automne dernier. Le projet de loi 28, un projet de loi omnibus qui comporte une série de mesures associées au budget Leitao de l'année dernière, comme la hausse des tarifs de garderies, a été imposé lui aussi en coupant court au débat le 20 avril. Le gouvernement Couillard prévoit utiliser le bâillon encore une fois pour faire passer son projet de loi 20 qui impose des quotas aux médecins de famille au lieu d'allouer les ressources nécessaires pour pallier au manque évident.

Mettons fin à ce diktat des riches ! Les travailleurs et les jeunes du Québec refusent la fraude de l'austérité qui n'a pour but que d'acheminer les fonds publics dans les poches de puissants intérêts privés. La solidarité sociale du Québec s'exprime avec de plus en plus de force en opposition au démantèlement des programmes sociaux, à la privatisation de la santé, aux attaques contre les plus vulnérables, à la braderie des ressources naturelles, aux projets irresponsables de monopoles pétroliers, au mépris de l'environnement naturel et au recours à la violence policière et aux bâillons pour étouffer toute opposition. Mais le problème évident à résoudre est d'investir le peuple du pouvoir de décider !

Du côté fédéral, des élections sont prévues pour octobre et les conservateurs semblent avoir réussi encore une fois à enlever l'initiative aux partis de l'opposition loyale. Après huit budgets déficitaires consécutifs, en dépit du fait qu'il a réduit les dépenses de programmes à son plus bas niveau de l'histoire du Canada, le gouvernement Harper vient de présenter un budget électoraliste. Il contient des réductions de taxes et impôts pour des groupes ciblés de l'électorat. Au Québec la stratégie des conservateurs est de créer un climat de peur et de répandre l'islamophobie au nom de la «lutte au terrorisme » car ils savent que ni les libéraux, ni le NPD, ni le Bloc québécois ne vont défendre les valeurs d'un Québec moderne qui défend les droits de tous. Ils occupent tout le terrain de la politique néolibérale en poussant une politique extrémiste sur tous les fronts, ne laissant aucune place aux libéraux et néodémocrates sinon de prendre carrément la défense du peuple et de contester le néolibéralisme. Ce qu'ils refusent de faire.

C'est aux travailleurs qu'il revient de relever le défi. Il est temps d'enlever le pouvoir de décider aux puissants intérêts privés! La question la plus pressante aujourd'hui est : Qui décide ? Commençons d'abord par enlever à tout parti la prétention d'avoir un mandat de poursuivre les politiques antisociales, anti-travailleurs et antinationales perfectionnées par neuf années du gouvernement Harper. Un gouvernement conservateur ou libéral à Ottawa, couplé à un gouvernement majoritaire libéral au Québec (sans parler de l'Ontario), pas question !

En plus de s'unir à tous les travailleurs du Canada pour débarquer Harper en 2015, les travailleurs et l'ensemble des Québécois font obstacle à la destruction que représentent ce gouvernement et celui du Québec en poursuivant la lutte pour investir le peuple du pouvoir souverain de décider de ses affaires. Le Québec possède les atouts nécessaires, une classe ouvrière productive, des ressources naturelles abondantes, une main-d'oeuvre qualifiée, une infrastructure, des services publics et des programmes sociaux avancés, une industrie, une agriculture et des moyens de production modernes. Il faut leur donner objectif différent, prosocial, et en assurer le contrôle par les véritables producteurs de la richesse. Qui a décidé que toute cette richesse doit être mise dans les mains de ceux qui la dilapident et nous laissent avec tous les désastres humains, environnementaux et autres ? Ce n'est pas nous !

Retirons le pouvoir de décider des mains des puissants intérêts économiques qui dictent leurs quatre volontés à l'économie et à la société ! Cela peut se faire ! Cela doit se faire !

Tous ensemble pour défaire Harper à l'élection fédérale 2015 !
Tous en action pour défaire l'austérité antisociale !
Vive le Premier Mai, journée internationale de lutte et d'unité de la classe ouvrière !



Lisez Le chantier politique
Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca