Volume 3 Numéro 43  - 30 mai 2015


Tous à la 3e Journée nationale d'actions contre le projet de loi C-51

Non à la criminalisation de la dissidence! Notre sécurité est dans la lutte pour les droits de toutes et tous!

Le samedi 30 mai est la 3e journée où des actions sont organisées dans tout le Canada et le Québec pour que soit arrêté le projet de loi C-51. Dès la présentation qu'en a fait Stephen Harper le 30 janvier passé, intellectuels, chercheurs, personnalités politiques, syndicats, membres des Premières Nations, environnementalistes et autres ont exposé comment ce projet de loi permet la création d'un État policier où toute opposition peut être criminalisée tant sont larges les définitions de ce qu'est une atteinte à la sécurité du Canada. Pour le peuple du Québec, la définition d'une « activité portant atteinte à la sécurité du Canada », soit « une activité qui porte atteinte à la souveraineté, à la sécurité ou à l’intégrité territoriale du Canada », est source légitime de préoccupations, le gouvernement Harper se donnant ainsi les moyens de criminaliser le projet d'édification nationale au Québec et le droit du peuple à l'exercice de sa souveraineté.

Rappelons qu'au Québec, ce sont plus de 135 organisations et individus qui, à la fin mars, exigeaient le retrait du projet de loi, faisant mentir la prétention d'Harper à l'effet que le peuple du Québec appuie son projet de loi antiterroriste, tout comme les 18 piquetages organisés par les activistes au Québec du Parti marxiste-léniniste du Canada appelant à le défaire aux prochaines élections.

Les récentes informations sur le projet de loi nous apprennent que le SCRS pourra demander un mandat qui permet à ses agents de violer les lois, y compris la Charte. Cela constitue une menace encore plus grande et inquiétante pour tous. Le Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la défense a maintenant terminé ses audiences sur le projet de loi C-51, sans qu'aucune des sérieuses inquiétudes et mises en garde de milliers de citoyens et d'organisations du Québec et du Canada n'aient été prises en considération.

Tous ont utilisé tous les mécanismes à leur disposition pour exprimer leurs sérieuses inquiétudes et leur opposition au projet de loi C-51 et ils continuent de le faire. Des dizaines de milliers de personnes ont signé des pétitions et envoyé des lettres et des messages aux sénateurs et aux députés au parlement. Un grand nombre d'avertissements à propos des dangers qui sont posés par le projet de loi C-51 à la sécurité et aux droits du peuple, étayés d'arguments posés et réfléchis, ont été lancés. La seule réponse a été une fin de non recevoir.

Tout cela se fait dans le cadre aussi des efforts récents par le gouvernement Harper pour se présenter comme étant celui qui va pouvoir protéger les Canadiens et les Québécois du terrorisme. Ses visites fréquentes à Monréal et déclarations à l’endroit des jeunes qui ont été arrêtés à l’aéroport en sont un exemple. Avec le projet de loi qui cible tout ceux qui s’opposent à la direction proguerre et antisociale du Canada, il y a de quoi s’inquiéter.

Le projet de loi C-51 doit être retiré. L'avenir du Québec et du Canada et leur sécurité ne peuvent reposer qu'entre les mains de ceux qui luttent pour l'affirmation des droits de toutes et tous.

Non au projet de loi C-51!
La criminalisation de la dissidence ne doit pas passer!
Défaisons Harper en 2015!



Lisez Le chantier politique
Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca