Volume 3 Numéro 50  - 30 juin 2015

Un avant-goût de la campagne cynique que mènera Harper cet été

En Beauce, Harper menace ouvertement
le droit d'être du peuple québécois

Le Parti conservateur a organisé une assemblée électorale à Ste-Marie-de-Beauce, dans une de ses rares circonscriptions au Québec. Profitant de la Fête nationale du Québec pour s'immiscer dans les affaires du peuple, Stephen Harper y a déclaré : « Ne laissez jamais personne vous dire que les valeurs conservatrices ne sont pas des valeurs québécoises. »

Il a donné en exemple la bataille judiciaire que mène son gouvernement pour promouvoir l'islamophobie en faisant un cas des quelques femmes musulmanes qui portent le niqab au moment de prêter serment de citoyenneté afin qu'elles le prennent maintenant à visage découvert. Cela vise un petit nombre de femmes musulmanes, lesquelles au moment du serment ont déjà passé leur vérification de sécurité et se sont intégrées à la vie au Canada. Il a ensuite vanté la loi C-51 qui vient de recevoir la sanction royale bien qu'elle ait été dénoncée d'un bout à l'autre du pays. Il a répété sa prétention à l'effet que les Québécois seront ainsi protégés contre « des criminels violents et des terroristes fanatiques » alors qu'en fait la loi menace le Québec s'il devait un jour «menacer» le Canada.

Pour prouver son point, Harper a alors dit que les nationalistes québécois étaient les bienvenus chez les conservateurs, « en autant qu'ils ne soient pas souverainistes ». Il a ajouté : « Pour nous, conservateurs, le nationalisme québécois, le nationalisme qui ne débouche pas sur l'impasse de la séparation, n'est pas une menace. » Il a ajouté cette phrase ronflante mais vide de sens au sujet de ce nationalisme qui n'est pas une menace: « C'est l'expression d'une profonde fierté dans un passé brillant et d'une solide confiance dans l'avenir prometteur. »

Harper sert ici la même position adoptée au parlement canadien reconnaissant les Québécois en tant que nation au sein d'un Canada uni. Cela ferme la porte par le fait même à tout nouvel arrangement moderne entre le peuple québécois, les Premières Nations et le peuple canadien. Il s'agit d'une menace à peine voilée contre le peuple québécois et ses efforts continus pour affirmer son droit d'être.

Nous n'avons pas affaire à des propos d'un bouffon disgracieux, mais à un ordre du jour qui ne sert pas la société. Les nouveaux pouvoirs que Harper et sa police se sont donnés avec la loi C-51 confirment que les arrangements actuels ne tiennent plus à rien et que les travailleurs et le peuple québécois doivent s'unir pour défaire Harper en 2015 et travailler ensemble au renouveau politique et à de nouveaux arrangements qui garantissent les droits de tous.


Opposition à la militarisation de la culture

Les Québécois s'opposent au bellicisme de Stephen Harper


Piquetage contre le Festival culturel militaire dans le Vieux Port
de Montréal le 13 septembre 2014

Jeudi le 25 juin, le premier ministre Stephen Harper s'est arrêté brièvement à la base militaire de Bagotville en compagnie du ministre de l'infrastructure Denis Lebel. Ils ont annoncé une aide financière de 28 millions $ pour améliorer les installations militaires de La Baie où la base est située. Devant les médias, avec comme arrière-plan les avions de combat CF-18 qui sont du modèle de ceux envoyés pour bombarder la Libye en 2010, il a dit aux militaires présents : « Notre gouvernement est déterminé à effectuer ces mises à niveau pour vous permettre de continuer à garder les Canadiens et les Canadiennes en sécurité. »

Le premier ministre a refusé de répondre aux questions des journalistes présents. Par contre, le commandant de la base militaire de Bagotville s'est lancé dans une tirade pro-conservatrice en déclarant à la journaliste de Radio-Canada que « Le gouvernement reconnaît la pertinence de Bagotville, spécifiquement à l'échelle planétaire, du combat que le Canada fait pour les droits et libertés, pour nos valeurs et pour les intérêts du pays. » Il a fait allusion au fait que la 2e Escadre située à la base des Forces canadiennes à Bagotville va voir son effectif de 325 personnes atteindre 700 personnes dans les années à venir.

Dans un communiqué émis le 21 avril 2015 par le gouvernement du Canada, il est expliqué que « La 2e Escadre est l'escadre expéditionnaire aérienne de l'Aviation royale canadienne. Capable de se déployer rapidement en une unité autonome, cette formation emploie la puissance aérienne et offre un appui associé où qu'il soit nécessaire, au Canada ou à l'étranger. La 2e Escadre est un élément clé du projet de capacité expéditionnaire de la Force aérienne (CEFA), qui a pour mandat d'optimiser la capacité de l'Aviation royale canadienne à se déployer rapidement et à soutenir les opérations efficacement en réponse à des situations imprévues partout au Canada et au monde. »

Harper répète à qui veut l'entendre que notre sécurité est dans des guerres d'agression et d'occupation comme ce fut le cas en Libye et en Afghanistan et comme c'est le cas actuellement en Syrie et en Irak. Il prétend que ce sont les valeurs des Québécois. Il n'a rien à dire sur le fait que les Québécois ont une longue tradition de s'opposer aux guerres d'agression et d'occupation de l'empire britannique, que ce soit la guerre des Boers, la première Guerre mondiale, et plus récemment aux agressions commises par les États-Unis.

Harper veut effacer de la mémoire collective du Québec le fait qu'en 2003, les Québécois comme le reste du peuple canadien sont descendus par centaines de milliers dans les rues pour s'opposer à la participation du Canada dans l'agression de l'Irak par la coalition anglo-américaine dirigée par les États-Unis. Cela a forcé le gouvernement libéral de l'époque à ne pas participer ouvertement à cette guerre d'agression qui a entraîné la destruction, l'anarchie et le chaos que l'on observe aujourd'hui dans cette partie du monde. Cela n'a pas empêché les gouvernements Chrétien, Martin et Harper qui se sont succédé de continuer à maintenir le Canada dans le bloc militaire agressif qu'est l'OTAN et à intégrer encore plus le Canada dans la machine de guerre américaine par le biais de NORAD, en dépit de l'opposition déclarée des Québécois et des Canadiens à la participation du Canada à des guerres d'occupation et d'agression.

Les Québécois comme le reste des Canadiens sont un peuple épris de paix qui rejette l'emploi de la force pour régler les conflits à l'échelle internationale ainsi que toute forme de division du corps politique sur la base des appartenances religieuses ou de toute autre considération qui viole le droit de conscience.

(Sources : Gouvernement du Canada, La Presse Canadienne, Radio-Canada)



Lisez Le chantier politique
Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca