Volume 3 Numéro 62  - 27 octobre 2015

Opposition à la destruction nationale de Couillard

Série de grèves rotatives des travailleurs du secteur public


150 000 travailleurs du secteur public et leurs alliés manifestent contre le programme d'austérité de Couillard le 3 octobre 2015, à Montréal.

Durant la semaine du 26 au 29 octobre, c'est plus de 450 000 employés des services publics qui feront la grève lors d'une série de journées de grève rotative. Voilà maintenant un an, les organisations syndicales représentant l'ensemble de ceux qui dispensent les soins dans les secteurs de la santé, de l'éducation et des services sociaux déposaient leurs demandes visant l'augmentation de leur salaire et de leurs conditions de travail. La grande majorité des travailleurs se sont regroupés sous un front commun composé du Secrétariat intersyndical des services publics (SISP, formé de la CSQ, du SFPQ et de l'APTS), de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ). De plus, la Fédération autonome de l'enseignement (FAE) s'est quant à elle unie avec la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ). D'autres journées de grève sont prévues en mi-novembre et début décembre.

Rappelons qu'au niveau salarial, les employés des services publics revendiquent une convention collective d’une durée de trois ans, comprenant des augmentations de 4,5 % par année. Le gouvernement Couillard lui veut un gel salarial sur deux ans pour les fonctionnaires provinciaux, suivi d'une hausse annuelle de 1 % pour les trois années suivantes. Au niveau de la retraite, Couillard souhaite la faire passer de 60 à 62 ans et la rente serait calculée selon la moyenne du salaire des huit meilleures années, au lieu des cinq meilleures, comme c'est le cas actuellement. Quant aux conditions de travail, tous les intervenants des services publics s'entendent pour exiger une humanisation des soins dispensés, entre autres par l'ajout de personnel dans les maisons d'éducation et de soins de santé.


Des dizaines de milliers d'enseignants et des familles dans les rues
de Montréal le 30 septembre

« C'est l'intransigeance du gouvernement qui nous force à utiliser la grève comme dernier recours, indique Daniel Boyer, président de la FTQ. Nous avons utilisé jusqu'à maintenant tous les moyens à notre disposition, nous avons rassemblé plus de 150 000 personnes dans les rues de Montréal au début du mois, nous faisons preuve d'ouverture et de bonne foi aux tables de négociation, mais malgré cela, les négociateurs du gouvernement n'ont toujours pas les mandats pour faire avancer la négociation, et cela, tant aux tables sectorielles qu'à la table centrale. » Quant à Sylvain Malette, président de la FAE, il souligne que « lors de notre première journée de grève du 30 septembre dernier, nous avons été plus de 30 000 personnes à investir les rues de Montréal pour manifester notre colère envers la politique d'austérité du gouvernement Couillard. Parmi nous, non seulement le personnel enseignant, mais aussi des parents avec leurs enfants, des étudiants, des professionnelles en soins, notamment des infirmières, ainsi que divers acteurs sociaux. Ils se sont mobilisés pour dénoncer avec nous les compressions inacceptables dans le réseau des écoles publiques. Ces dizaines de milliers de personnes revendiquaient avec nous de meilleures conditions de travail pour les profs et de meilleures conditions d'apprentissage pour les élèves. »

Le gouvernement néolibéral de Couillard poursuit l'utilisation de tout le poids de l'État pour garder l'économie sous le contrôle des monopoles, pour privatiser et détruire le secteur public et les programmes sociaux. À cela s'opposent les demandes de la population et des travailleurs du secteur public à l'effet que les avoirs, services et systèmes publics que nous avons doivent être protégés et en mesure de répondre aux besoins des membres de la société. Seule une nouvelle direction à l'économie permettra de le faire.

Plein appui aux travailleurs du secteur public dans leur lutte contre la destruction nationale!
Arrêter de payer les riches!
Pour une nouvelle direction à l'économie qui soit au service de l'intérêt public!



Quelques actions du 26 octobre, à Chibougamau (en haut), Saint-Félix-de-Valois et Chicoutimi-Jonquière (en bas, de gauche à droite)

(Photos: Chantier politique, N. Blouin, ASSE)



Lisez Le chantier politique
Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca