Volume 3 Numéro 77  - 15 décembre 2015

Suspension en masse des cols bleus de Montréal et des dirigeants de leur syndicat

Non à la criminalisation de la juste lutte des employés municipaux pour leurs droits et les services publics !

Le lundi 14 décembre, la ville de Montréal a annoncé qu'elle imposait une suspension de cinq jours sans solde à 2400 cols bleus pour avoir participé à une assemblée générale spéciale du syndicat le 8 décembre dernier sur leurs heures de travail. La présidente du Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal, Chantal Racette, a reçu une suspension de deux mois, également sans solde, tout comme trois autres membres de l'exécutif du syndicat, et tout officier qui, selon la ville, aura encouragé les travailleurs à participer à l'assemblée générale sera suspendu pendant un mois.

La réunion du 8 décembre, à laquelle ont participé quelque 4000 cols bleus, avait pour but de développer un plan d'action pour mobiliser les cols bleus et l'opinion publique afin de faire échec aux coupures massives d'emplois et à la privatisation des emplois et des services que la ville est en train de faire en catimini. L'assemblée visait aussi à développer un plan d'action contre la décision du gouvernement Couillard de déposer un projet de loi au printemps qui va donner aux villes le pouvoir de décréter les conditions de travail des employés municipaux, après qu'il ait interdit par loi il y a un an toute négociation réelle par les employés municipaux de leurs régimes de retraite.

Chantier politique condamne avec véhémence cette nouvelle tentative de criminaliser et de briser la résistance organisée des employés municipaux au démantèlement et à la privatisation de leurs emplois et des services publics qu'ils dispensent à la population. Nous dénonçons aussi la propagande qui est faite par le maire de Montréal Denis Coderre pour dépeindre les cols bleus comme des hors-la-loi qui fonctionnent à l'intimidation, alors que la ville ne ferait que défendre la loi et les contrats de travail.

« Un contrat est un contrat », a dit le maire de Montréal, faisant référence à l'assemblée générale spéciale qu'il juge en violation de la convention collective. C'est un effort pour masquer que c'est la ville de Montréal et le gouvernement du Québec qui sont des briseurs de contrats et d'arrangements qui permettent aux employés municipaux de défendre et de négocier leurs conditions qui sont les conditions mêmes de la livraison des services publics.

La ville et le gouvernement du Québec ont rendu illégale la lutte pour les régimes de retraite, et maintenant ils veulent le faire pour l'ensemble des conditions de travail des employés municipaux. Ils veulent forcer au silence et briser la résistance organisée des travailleurs pour avoir le champ libre avec leur plan de privatisation et de démantèlement des services qui pille les finances de la ville et met à risque la santé et la sécurité de la population. Leur rêve est de faire des villes et du Québec une plaque tournante pour les projets d'infrastructure et de corridors de transport et d'énergie des monopoles nord-américains, au détriment de la construction d'une économie qui répond aux besoins de développement de l'économie et qui est au service des Québécois et de leur avenir. Ils s'offrent pour faire le hideux travail d'offrir aux investisseurs une main-d'oeuvre sans droits et avec des contrats de travail qui ne veulent plus rien dire et des effectifs syndiqués réguliers réduits drastiquement.

Les travailleurs du Québec ne vont pas accepter cet affront à la démocratie qui fait passer le voleur pour le volé et l'agresseur pour l'agressé. La défense des droits des travailleurs est un aspect clé de la démocratie et du bien-être du peuple et de la société. Les employés municipaux jouent notamment un rôle important en dévoilant sur le terrain de l'opinion publique la collusion et la corruption des tenants du pouvoir avec les monopoles et les amis du régime et on cherche à les faire taire.

Tous avec les employés municipaux ! C'est leur lutte qui défend Montréal et le Québec, pas la ville de Montréal et le maire Coderre et le gouvernement Couillard !

PAGE D'ACCUEIL DU PMLQ  |  LES ARCHIVES DE CHANTIER POLITIQUE


Lisez Le chantier politique
Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca