Numéro 1 - 23 septembre 2013

Charte des valeurs québécoises

Le PMLQ accueille favorablement
la discussion sur les valeurs québécoises

Chantier politique

L'histoire et le folklore du Québec sont riches en références aux chantiers. C'est sur les chantiers qu'on bâtit le Québec. Voilà pourquoi nous avons choisi Chantier politique pour nom de notre journal, pour dire qu'en politique c'est la même chose : c'est un chantier où tous ensemble, à chacun son rôle, nous devons prendre notre place afin d'assurer que notre pays soit vraiment nôtre, tel qu'on le veut, où les ressources humaines, naturelles et matérielles crées par nous sont à notre disposition pour assurer le bien du peuple et de la société et contribuer à la même chose pour les autres peuples et leur pays.

Bien qu'aujourd'hui il soit courant d'utiliser le pré-fabriqué sur les chantiers, en politique il ne convient pas de nous faire imposer des modèles ou des schémas dont on ne comprend rien. Nous voulons discuter des choses ensemble, nous informer de quoi il s'agit, voir comment faire avancer la situation et y aller ensemble. Si c'est vrai que l'union fait la force, il est aussi vrai que l'union, il faut la bâtir, il faut la nourrir, il faut la soigner. Alors bâtissons, allons-y avec confiance!

Pierre Chénier,
Chef du Parti marxiste-léniniste du Québec


Déclaration du PMLQ

Le PMLQ accueille favorablement la discussion
sur les valeurs québécoises

Le gouvernement du Québec, par sa première ministre Pauline Marois et Bernard Drainville, ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, propose l'adoption d'une Charte des valeurs québécoises.

La direction dans laquelle les gouvernements mènent le Québec est nécessairement basée sur les valeurs qu'ils épousent. Le PMLQ considère par conséquent que d'engager tout le corps politique dans des délibérations sur quelles valeurs doivent être à la base du Québec est une bonne chose. Nous accueillons favorablement la discussion sur les valeurs québécoises et lançons l'appel à tous de s'y joindre.

Le PMLQ est d'avis que c'est une excellente occasion de discuter des valeurs qui sont proposées. Les valeurs proposées proviennent-elles de l'expérience québécoise ? Si oui, comment ? Quelle est l'expérience québécoise ? L'expérience des autres peuples peut-elle aussi nous éclairer sur le sujet et nous aider à tirer les conclusions qui s'imposent ?

Le monde est entré dans une période très complexe et la voie vers l'avant n'est pas évidente. Le besoin de discuter de l'expérience acquise jusqu'à présent et d'en faire le bilan pour répondre aux demandes du présent et ouvrir une voie vers l'avenir n'a jamais été aussi grand. Nous devons nous instruire sur les définitions que nous avons héritées du passé et les considérations qui ont informé ceux qui ont bâti la nation dans le passé. S'il est vrai que nous devons étudier le passé, il est également vrai que cette étude ne sera pas utile si nous n'identifions pas d'abord les besoins du présent. Nous pouvons de là examiner le passé pour mieux comprendre d'où viennent les besoins du présent. Nous devons également comprendre dans toute leur profondeur les valeurs que nous épousons, en termes réels, en termes de comment elles sont vécues et comprises par tous les individus et tous leurs collectifs. Il est également crucial d'harmoniser les différents intérêts conflictuels avec l'intérêt général de la société. Cela ne devrait-il pas être reconnu comme condition importante pour le succès de la discussion ?

En ce qui concerne les individus, tous ont des droits du fait qu'ils sont humains. Il ne peut pas y en avoir qui ont plus de droits que d'autres. Mais une chose qu'il serait bon de reconnaître en ce qui concerne les individus est qu'ils ne naissent pas égaux. Certains naissent dans des conditions de richesse et de privilèges, d'autres dans la pauvreté. Certains sont plus talentueux que d'autres selon les domaines de l'activité humaine. Par ailleurs tous ne vivent pas le monde de la même façon. C'est parce que tous ne naissent pas égaux qu'il faut des gouvernements, des institutions d'État et des lois qui défendent les droits de tous et les garantissent en pratique. C'est en raison de nos intérêts conflictuels que nous avons besoin de processus politiques qui permettent de résoudre les différends sans recourir à la force. Le recours à la force ne peut être accepté que sur la base de la primauté du droit et de l'application régulière de la loi.

Le PMLQ croit qu'il n'y a pas plus grande entreprise aujourd'hui que de définir nous-mêmes qui nous sommes et quels arrangements sociaux, politiques, économiques et écologiques sont nécessaires à notre épanouissement. Cette discussion requiert une atmosphère où chacun peut intervenir de façon responsable et librement, sans crainte des attaques personnelles. C'est une discussion qui rejette de par son objectif même ceux qui sont grossiers et qui cherchent à tirer profit d'une confusion semée à des fins partisanes ou pour désinformer le corps politique et attirer les passions de telle sorte que les gens ne puissent plus penser.

À cet égard, le PMLQ croit que la discussion de fond sur ces questions peut enrichir énormément le corps politique au Québec, l'unir et renforcer sa confiance en lui-même. Seuls ceux qui ont une préoccupation morbide de la défaite n'ont pas confiance dans la capacité du peuple de s'unir ou remettent en cause la motivation de chacun, de bâtir une société qui défend les droits de tous. Le PMLQ condamne en particulier l'intervention grossière du mal-nommé ministre fédéral du Multiculturalisme Jason Kenney dans ce débat. Par ses agissements il fait preuve d'une ignorance crasse qui n'aide pas du tout à bâtir l'unité du peuple québécois, ou l'unité fraternelle entre le peuple du Québec et le peuple du Canada.

Le fait qu'un ministre du gouvernement fédéral puisse se servir de sa position de pouvoir pour banaliser des choses qui sont d'une grande sensibilité pour beaucoup montre la nécessité de nous armer d'opinions éclairées sur toutes les questions d'intérêt fondamental. Cela comprend les concepts de base comme la distinction entre citoyenneté et nationalité, la séparation de l'État et de l'Église, ce qu'on entend par laïcité, tolérance, multiculturalisme et intégration, et surtout comment ces concepts ont évolué avec le temps au Québec et dans ses rapports avec l'État fédéral anglo-canadien.

FORMAT PDF


De la boîte à courriel sur la déclaration du PMLQ

On respire enfin

C'est très fin comme position. On respire enfin. Cela ouvre la porte pour discuter et inviter tout le monde à s'y joindre mais en plaçant au centre un ordre du jour qui sert le peuple. Quelles valeurs nous sont nécessaires ? Quelles valeurs avons-nous épousées dans le passé ? Quelle est notre expérience et celle des autres ? On sort des sentiers battus.

Quelle direction pour le Québec ?

C'est tellement différent des commentaires indignés ou puristes qui ferment la porte à toute enquête, des commentaires qui ne contribuent à résoudre aucun problème.

Discours pour ou contre

C'est très différent du discours pour ou contre. Ce n'est pas une fin de non recevoir.

Valeur versus droit

Sur la question des droits le problème est posé concrètement à savoir que tous ne naissent pas égaux et c'est pourquoi les gouvernements doivent les défendre et les garantir.

Proposition audacieuse

C'est une proposition audacieuse. Au lieu de rejeter toute forme de discussion sur les valeurs nécessaires à un Québec moderne sur la base de l'hystérie qui est créée dans les médias, ou de mener la discussion selon les intérêts qu'avancent la bourgeoisie, le PMLQ propose que l'adoption d'une charte des valeurs soit l'occasion pour le peuple du Québec d'avancer sa propre discussion sur les arrangements qui doivent être mis de l'avant pour harmoniser les intérêts des individus et des collectifs avec l'intérêt général de la société.

C'est un aspect important d'occuper l'espace du changement au Québec et le PMLQ, par cette discussion, engage ses membres et l'ensemble du corps politique à le faire.

Bonnes questions

La déclaration du PMLQ sur la Charte des valeurs québécoises a l'audace de poser les bonnes questions plutôt que de prendre position pour ou contre la charte, qui est à mon avis le piège qui est tendu.

Questions importantes

Par le fait qu'elle soulève les questions importantes sur comment aborder cette discussion, la déclaration permet d'enlever cette pression qui est exercée sur tous qu'il faut absolument se prononcer immédiatement pour ou contre sans prendre le temps d'examiner en détail quels sont les prémisses que sous-tend une telle charte des valeurs pour une société telle que le Québec d'aujourd'hui, comment harmoniser les intérêts généraux de la société avec les intérêts individuels, comment s'assurer que les droits de tous soient défendus dans une société moderne, etc.

Le fait de dénoncer ceux qui veulent rabaisser le niveau de culture de la discussion est aussi très pertinent car elle pointe du doigt qui sont les véritables fauteurs de trouble.

Appel à participer activement

Je pense que l'appel à participer activement dans la discussion sur quelles sont nos valeurs, leurs origines, leur cheminements à partir de ce que nous sommes maintenant comme société, identifier les besoins actuel et comment y répondre est une action très importante que le PMLQ aborde avec responsabilité. Cela peut faire une grande différence et apporter une cohérence qui puisse permettre d'unir le peuple en son entier dans une discussion sérieuse qui lui permette de trouver et d'ouvrir son chemin pour le futur.

Le rôle du PMLQ

Le PMLQ aspire à organiser le peuple pour qu'il ait le pouvoir de pendre les décisions qui gouvernent sa vie et il le fait en participant pleinement dans cette discussion et en prenant les dispositions pour que tous les individus et collectifs qui font partie du peuple au Québec puissent y prendre part avec sérénité et confiance. C'est un acte qui contribue à la construction d'un Québec encore plus moderne, qui en pratique va respecter les droits de tous et faire en sorte que soient harmonisés les différents intérêts conflictuels avec l'intérêt général de la société.

Comme le dit entre autres l'appel du PMLQ, il n'y a pas plus grande entreprise aujourd'hui que de définir nous-mêmes qui nous sommes et quels arrangements sociaux, politiques, économiques et écologiques sont nécessaires à notre épanouissement.

Nécessité de bâtir l'unité politique

C'est très important de bâtir l'unité politique du peuple québécois pour un Québec souverain moderne qui reconnaît les droits de tous. Ce sont des questions de grande sensibilité au Québec, toute la question de comment on va défendre les droits de tous afin de renforcer la lutte pour un Québec souverain moderne dont nous pouvons être fiers. Dans notre travail nous partons de la gravitation du peuple vers l'affirmation de ses droits individuels et collectifs et c'est cela qu'on fait en appelant les gens à participer à la discussion. Il n'y pas d'autre façon pour le Parti d'aller de l'avant et de déjouer les plans méprisables de ceux qui veulent continuer à utiliser le Québec pour susciter les passions et diviser le peuple. (Traduit de l'anglais)

Une discussion rationnelle

Là où je travaille nous sommes intéressés à connaître les positions du Parti sur la citoyenneté versus la nationalité, sur l'intégration, la tolérance et les autres questions qui sont en jeu. Cela va élever le niveau de la discussion. Nous voulons une discussion rationnelle parce que c'est en discutant du contenu de la question qu'on peut voir ce qui est vraiment en jeu plutôt que de prendre partie selon les préjugés que les médias véhiculent.

Mettre la discussion en contexte

Quand je lis les positions de ceux qui se déclarent pour ou contre les valeurs qui sont proposées, je suis frappé du fait qu'ils ne voient pas le besoin de mettre ces choses en contexte, ils n'examinent pas et ne remettent pas en question les institutions québécoises et n'étudient pas l'expérience historique. Le PMLQ présente ce contexte et c'est nécessaire de le faire pour ouvrir la voie au progrès de la société.

L'accusation de xénophobie

J'en ai soupé d'entendre les Québécois se faire accuser de xénophobie. « Regardez-les ces Québécois, on fait tout pour les accommoder mais ce sont des xénophobes qui méprisent les libertés que le Canada apporte au monde. » Un peu de décence peut être !

Une excellente occasion

Le PMLQ a bien dit que nous avons une excellente occasion d'intervenir dans le débat sur le projet de charte. À mon avis il ne faut pas juste démontrer qu'une charte des valeurs est ou n'est pas une bonne idée. L'imposition des valeurs que nous choisissons est une affaire dangereuse. Il faut se garder de juger les valeurs de ceux qui n'ont pas le pouvoir de se défendre. Nous voyons déjà dans le gouvernement fédéral la qui impose des valeurs pour faire toutes leurs cochonneries et leur décision raciste islamophobe.

Droits collectifs et droits individuels

La question des droits collectifs et des droits individuels est excellente. Un point très important de la lutte actuelle est justement de fournir au monde des bases pour contrer la désinformation, Ex. c'est quoi des maudites valeurs ? basé sur quoi ? sur des vieilles notions arriérées que le Québec a rejetées il y a longtemps et qui bloquent toujours la voie au progrès de la société. ?

Les valeurs patriotiques modernes d'édification nationale sont celles qui peuvent unir le peuple et le rassembler justement dans un projet « commun » pour construire ce nouveau pays.

Une tentative de diviser le peuple

La position que le PMLQ a présentée s'oppose à toutes les tentatives d'utiliser la discussion sur les valeurs pour diviser. Elle enlève cette pression et appelle les gens à ne pas se soumettre aux manoeuvres de désinformation et d'incitation, de manière à ce que le corps politique se tourne contre lui-même.

Elle met la question des droits à la place qui lui revient en disant que nous ne naissons pas égaux et que nous avons besoin de gouvernements qui travaillent à affirmer les droits de chacun, de même que d'un processus politique qui permet le règlement des différends. Il y a beaucoup de maturité dans la façon dont le problème est posé. La position du PMLQ braque ses feux sur les efforts des cercles dirigeants pour semer la division en mettant l'accent sur le besoin que le peuple résolve lui-même les problèmes. C'est très important. (Traduit de l'anglais)

Au nom des valeurs

La bande de Harper fait tout ce qu'elle fait au nom des valeurs. Ils envahissent des pays au nom des valeurs communes et c'est au nom des valeurs communes qu'ils paient les riches. Ils ne veulent pas qu'il y ait discussion sur cette question. Le Parti libéral fédéral et le NPD sont pareils.

Le travail du PMLQ est de créer une discussion sur les valeurs que les cercles dirigeants veulent juste déclarer mais pas discuter.

Une déclaration audacieuse et unificatrice

Excellent. Une position audacieuse et unificatrice. Une application vivante du principe que la discussion nous appartient. Le monde entier est gouverné par la peur appuyée par la manipulation hystérique des médias. C'est aussi très vrai « qu'il n'y a pas plus grande entreprise aujourd'hui ». Ce sont nos vies, nos vies quotidiennes et notre avenir qui sont en jeu. C'est la question qui revient sans cesse à travers les détours et les manipulations — le besion d'examiner la situation dans laquelle nous nous trouvons et de trouver des solutions tout le monde ensemble.

Des ballons d'essai

Les gouvernements n'arrêtent jamais de faire leurs stratagèmes et de lancer des ballons d'essai pour voir ce qui va marcher et en même temps essayer de susciter les passions et de forcer les gens à prendre position pour ou contre sans aller au fond des choses. La discussion sur la charte des valeurs qui est proposée va servir à développer les convictions sur ce dont on a besoin pour faire progresser la société.

L'esprit de vouloir des solutions aux problèmes

La position du PMLQ de tous ensemble discuter du projet de Charte de valeurs est non seulement ouverte à la discussion dans le calme mais inspire l'esprit de solutionner ensemble les problèmes auxquels nous faisons face. Alors préparons-nous pour la période qui vient afin de nous assurer que la discussion favorise les intérêts du peuple. (Traduit de l'anglais)

Les valeurs des cercles dirigeants

C'est important de discuter quelles valeurs ont été produites par l'expérience et l'histoire du Québec. Lorsqu'un parti politique comme le PQ , qui est basé sur le système de démocratie représentative et sur les vieilles institutions établies par les Britanniques au XIXe siècle, met de l'avant ce qu'il veut faire accepter au peuple comme étant les valeurs générales, c'est certain que ces valeurs vont être celles que les cercles dirigeants veulent faire accepter au peuple pour maintenir le statu quo. Face à cela, c'est important de mettre de l'avant les valeurs réelles pour lesquelles le peuple québécois s'est battu dans son histoire, comme le droit de déterminer son propre avenir et la reconnaissance des droits qui appartiennent aux êtres humains en vertu de leur humanité, pour n'en nommer que quelques uns.

Un risque politique calculé ?

Une des questions qu'il faut aussi examiner c'est qu'en ce moment la discussion sur les valeurs n'est pas tout ce qui intéresse le PQ. Le dépôt de sa proposition en vue d'une loi semble être un risque politique calculé à savoir que la discussion sur la loi, peu importe combien elle va diviser les gens, va affaiblir les partis d'opposition à l'Assemblée nationale, leur rendant impossible de forcer une élection à l'automne. Sinon, si une élection est déclenchée, le PQ croit qu'il peut gagner sur cette question.

Droit de conscience

La défense d'un État laïque ne peut pas enfreindre le droit de conscience. Le PQ bien sûr présente ses propositions comme étant une défense de l'État laïque et de la séparation de l'État et de l'église mais ses propositions ont très peu à voir avec l'une ou l'autre. Le PQ entre autres choses ne reconnaît pas que la laïcité s'applique dans les deux sens. L'église ne doit jouer aucun rôle dans les affaires de l'État mais le gouvernement ne doit pas essayer de limiter la liberté de religion par quelque loi que ce soit. Les propositions du PQ ne font pas en sorte que l'État est libre de la religion mais elles s'ingèrent plutôt dans le droit de conscience individuelle. La religion en société est une question de conscience individuelle et l'État n'a pas le droit de limiter le droit d'in individu à pratiquer la religion de son choix.

La situation n'est pas exactement la même qu'elle l'était lors des débats sur la langue après les années soixante mais il y a quand même des similarités. À ce moment-là il y a des gens qui ont suggéré que la façon de protéger la langue française était de limiter les droits des autres langues et propositions ont été mises de l'avant qui restreignaient le droit de certaines communautés ethniques quant à l'utilisation et la promotion de leur langue. Cela a donné lieu aux mêmes débats sources de divisions qui se tiennent maintenant sur l'élimination des symboles religieux.

La loi que va proposer le PQ ne renferme rien de nouveau. En France et dans d'autres pays européens, des limitations beaucoup plus sévères ont été imposées à l'expression religieuse des immigrants, en particulier de ceux de foi musulmane et on a vu des attaques violentes contre les mosquées et les quartiers immigrants.

En ce qui concerne Kenney et les autres politiciens fédéraux, ils ne manquent jamais une occasion d'attaquer le Québec et de créer autant de confusion que possible sur le projet national du peuple québécois. Le PMLQ a raison de dire que la meilleure façon de contrer cette désinformation est de tenir une vaste discussion sur les définitions modernes qui sont requises sur des questions aussi importantes que la différence entre la nationalité et la citoyenneté, la laïcité, la séparation de l'église et de l'État, parmi d'autres concepts importants.

Position responsable

Enfin une position responsable pour intervenir dans ce débat !

La vraie question

Dans tout ce que j'ai lu, vu et entendu, voilà une façon logique d'aborder la question. Qui plus est, voilà une façon d'élever le débat et de remettre la véritable question, LA QUESTION, sur les rails...

Où s'en va le gouvernement avec ça

Il faut examiner les propositions du gouvernement et la Charte elle-même pour voir où le gouvernement veut en venir avec cette affaire. Il est important d'en délibérer pleinement, pas seulement les valeurs qui sont proposées dans la charte, mais placer cette discussion dans le contexte des besoins présents du Québec, pour pouvoir formuler notre propre opinion de ce que sont les valeurs québécoises, pour que les Québécois et Québécoises puissent établir entre eux les arrangements politiques, sociaux, économiques et autres qu nous aident à nous épanouir.


Ce que les travailleurs ont à dire

Le PMLQ tient des discussions avec les travailleurs sur la question de la Charte des valeurs québécoises. La discussion parmi les travailleurs est très importante parce qu'ils sont aux premières lignes de la lutte pour la construction d'un Québec moderne qui défend les droits de tous. Il est essentiel d’entendre leur contribution au débat afin que la discussion et son issue soient favorables au peuple.


La première chose qui frappe dans ces discussions, c'est que les travailleurs pensent qu'un tel débat est nécessaire pour unir le peuple. Ils rejettent d'emblée les points de vue défaitistes de ceux qui disent que le débat va diviser la population, créer des conflits, que le peuple donc n'est pas capable de faire preuve de maturité et de discuter avec passion et des arguments solides de cette question qui soulève le problème à savoir de quel Québec nous avons besoin et quel Québec nous voulons.

« Le Québec ne peut pas aller de l'avant, nous dit un travailleur de la construction de Montréal, sans tenir des débats vigoureux sur lesquels nécessairement il va y avoir des divergences d'opinion. La question c'est de respecter ceux qui donnent leur point de vue, et d'en faire un vrai débat d'idées. » Ou comme le disait un autre, un travailleur des pâtes et papiers à la retraite de la région de Québec : « Il faut que ce soit un débat d'idées, un débat de société, et non pas un débat d'individus qui, dès que quelqu'un donne son avis, se mettent à l'invectiver et à lui prêter toutes sortes d'intentions. C'est certain que ce n'est pas facile d'avoir un débat de société et un débat d'idées mais nous sommes capables de le faire et il n'y a pas le choix. »

Les travailleurs rejettent les menaces du gouvernement fédéral et d'autres partis au fédéral qui se permettent de juger et de faire des commentaires dérogatoires sur le débat qui vient à peine de s'enclencher. « On n'a pas de leçons à recevoir des Jason Kenny, Stephen Harper, Justin Trudeau ou Thomas Mulcair, a dit ce même travailleur à la retraite. Le débat n'est même pas commencé et déjà il y en a qui disent qu'ils vont poursuivre le Québec en justice si la Charte est adoptée. C'est notre discussion et ils doivent nous laisser tranquilles. »

Présent aussi dans la discussion est le sentiment que le débat porte fondamentalement sur des questions importantes sur lesquelles tous doivent être invités à se prononcer. « C'est un débat sur qui on est, où on veut aller, quelle sorte de Québec on veut avoir pour nos enfants et cela dans le respect des libertés de tout le monde. »

Plusieurs ont dit être très inconfortables avec la façon dont les choses sont présentées, à l'effet que la question en discussion serait si on va mesurer la dimension des signes religieux dans les institutions publiques pour décider quelle dimension serait acceptable et quelle dimension ne le serait pas.

« Je ne me sens pas à l'aise du tout, a dit une employée de Radio-Canada, avec une politique qui me dit qu'on va commencer à mesurer les dimensions des signes religieux et à harceler les gens qui travaillent dans les institutions publiques qui les portent. Qui va décider de ce qui est accepté et de ce qui ne l'est pas ? Ce n'est pas ça qu'on veut. »

La discussion montre que les travailleurs cherchent une solution de principe et rationnelle à ces questions, qui soit claire pour tout le monde. La question qui se pose est sur quelle base la question des valeurs proposées va être examinée et quels guides à l'action vont sortir de la discussion.







Lisez Le chantier politique
Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca