Numéro 3 - 25 septembre 2013

Sur le projet de Charte des valeurs québécoises

Des jeunes nous écrivent

La demande de certificat de sélection

Ce qui est remarquable dans le débat autour de la proposition de Charte des valeurs est qu'elle est présentée comme allant de soi et comme découlant du gros bon sens.

La question des valeurs est réduite à une question d'immigration, d'intégration et d'accommodements raisonnables. Ainsi, pour inscrire la proposition de Charte des valeurs dans la continuité, est citée la Demande de certificat de sélection du Québec qui contient la Déclaration sur les valeurs communes de la société québécoises que doit signer et s'engager à respecter tout immigrant pour vivre et travailler au Québec. Que cet engagement soit contraire au droit de conscience n'entre pas en ligne de compte et ne doit pas être remis en question. Si cela sert ou pas la société n'est pas envisagé.

Dans ce débat est aussi entretenue l'illusion que nos droits découlent des chartes et que les chartes peuvent et sont l'unique moyen existant de protéger les droits.

Au lieu de la discussion sur l'avenir de la société, et l'examen des concepts de base comme le propose la déclaration du PMLQ, les définitions modernes des droits, que tous ont des droits à cause de leur humanité, et l'harmonisation des droits individuels, des droits collectif et de l'intérêt général de la société, tout comme le renouveau démocratique, sont évacuées.

Les tableaux statistiques

Le débat a été réduit à une affaire de pour ou contre. Les médias s'amusent à faire des tableaux statistiques sur les pour ou contre de façon à attiser les passions. Le projet de Charte des valeurs québécoises est basé sur les suites de la Commission Bouchard Taylor afin de mettre des balises claires à des valeurs. D'où viennent ces valeurs ? Qui les a présentées ? Adoptées ? Le peuple du Québec ?

Les valeurs québécoises selon le site du ministre de l'Immigration

Le site du ministère de l'Immigration du gouvernement du Québec définit les valeurs communes du Québec ainsi, s'adressant spécifiquement aux immigrants et minorités nationales :

1. Parler français, une nécessité, 2. Une société libre et démocratique, 3. Une société riche de sa diversité, 4.Une société reposant sur la primauté du droit, 5. Les pouvoirs politiques et religieux sont séparés, 6. Les femmes et les hommes ont les mêmes droits, 7. L'exercice des droits et libertés de la personne se fait dans le respect de ceux d'autrui et du bien-être général.

Qui décide tout cela?

Quelle laïcité ?

Pour le moment le projet de charte qui, selon ce que prétend le ministre vise à déclarer une laïcité de l'État ne contient rien de tel. Un État qui finance largement des écoles religieuses, des hôpitaux pour certaines religions, qui maintient des privilèges fiscaux pour les vieilles congrégations religieuses qui sont des grands propriétaires fonciers n'est pas laïque du tout.

Des services à visage découvert

Je trouve très drôle la ligne de communication du ministre Drainville à propos de donner des services « à visage découvert ». Si ce n'est pas clairement viser le voile que certaines femmes musulmanes portent, je ne sais pas ce que c'est. Ça n'a rien à faire avec le principe de séparation de l’État et de l’Église. Par ailleurs, le gouvernement devrait savoir que les Québécois veulent recevoir les services qu'ils financent largement par le fruit de leur travail et pas autre chose.

Une charte dans une charte qui est dans une autre charte

Dans le système actuel une charte ne sert à rien. Prétendre le contraire c'est tromper le peuple. Une charte qui est intégrée à la charte des droits et libertés qui elle-même dépend de la charte canadienne, qui peut être limitée en tout temps par le pouvoir exécutif, est une fraude. Il nous faut une constitution qui enchâsse les droits et devoirs des citoyens du Québec, pas une charte dans une charte qui est dans une autre charte.

Valeurs, où ça?

J'ai beau relire le projet de charte des valeurs québécoises, et je ne trouve que des « valeurs » encore moins « québécoises » dans ce projet. Je me demande si les rédacteurs du projet se sont trompés de définitions.

Des élections sur la question des valeurs

Bon, si l'ordre du jour des prochaines élections se fait sur la question de valeurs, il faudrait se souvenir que les valeurs libérales du XIXe siècle sont au coeur de toute la vie politique au Québec et sur le plan économique elles sont néolibérales. Ce sont ces valeurs qui nous empêchent d'avancer et qui nous font tourner en rond depuis des décennies. Pour des valeurs modernes, oui!



Ce que les travailleurs ont à dire

« C'est l'institution qui se doit d'être laïque pas les personnes »
– Un travailleur du secteur minier de l'Abitibi

Dans mon syndicat, la FTQ, c'est clair que nous représentons tous les travailleurs quelle que soit leur origine ethnique ou leur religion. Mon opinion et celle des travailleurs que je connais c'est que le gouvernement tente de mettre d'autres règlements plus importants et de les passer en dessous de la couverte, comme la loi sur les mines par exemple. Dans mon entourage, et je pense cela moi aussi, ces valeurs sont une diversion.

Nous représentons des travailleurs de toutes les nationalités et religions dont des travailleuses de garderies. À cause de la Charte, maintenant si une travailleuse porte un voile elle va devoir l'enlever parce que c'est un signe religieux, si elle refuse elle peut même perdre son emploi alors nous comme syndicat c'est notre devoir de défendre cette personne-là.

On est d'accord avec le gouvernement que l'institution doit être laïque mais pas les travailleurs eux-mêmes qui travaillent dans le secteur public. Cela va faire plein de discrimination, cela va amener de la coercition à notre avis. La charte ne défend pas le droit des travailleurs de se représenter comme ils sont, c'est discriminatoire. Il y a une façon de faire la laïcité sans attaquer le travailleur pour autant. C'est l'institution qui doit être laïque pas les personnes. C'est là-dessus que le gouvernement devrait travailler, pas à diviser la population.

En plus de cela, la Charte des valeurs qu'ils veulent mettre sur pied va créer tout un fouillis juridique, concernant quelle grandeur on va permettre pour une croix, qu'est-ce qui est acceptable et qui ne l'est pas, qu'est-ce qui est discriminatoire et qui ne l'est pas. Où ça commence et où ça finit tout ça ?

Tout ça va créer beaucoup d'amertume pendant qu'on passe d'autres affaire en douce.



Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca



Site web: www.pmlq.qc.ca Courriel: bureau@pmlq.qc.ca