Numéro 37 - 26 novembre 2013



Deux événements importants
dans la vie des travailleurs

Les 20-21-22 novembre se tenait la 49e Assemblée annuelle du Syndicat des Métallos à Laval. Hier le 25 novembre s'est ouvert à Québec le 30e Congrès de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) qui se poursuit jusqu'au 29 novembre. Le Syndicat des Métallos regroupe quelque 60 000 membres travaillant dans les grands secteurs industriels de l'extraction des ressources et de la fabrication les mines, la forêt, l'acier, l'aluminium et d'autres, de même que dans des secteurs comme la restauration, l'hôtellerie, les agences de sécurité dans les aéroports et ailleurs. La FTQ est la plus grande centrale syndicale au Québec avec quelque 600 000 membres représentant tous les secteurs de l'économie, au privé comme au public, de juridiction provinciale ou fédérale.

Les deux événements ont en commun le thème de l'intensification de la riposte syndicale aux attaques des monopoles et de leurs représentants politiques contre les travailleurs, les syndicats et la société et en particulier le gouvernement Harper.

Chantier politique salue la tenue de ces événements importants dans la vie des travailleurs et la vie politique du Québec et du Canada. En tant que producteurs de la richesse sociale, les travailleurs sont au centre des réclamations des travailleurs et de la société à cette richesse et ils sont au centre de la construction d'une société moderne qui défend les droits de tous. Les travailleurs du Québec représentent le Québec moderne que nous voulons et c'est à eux de s'assurer que la société défende les droits de tous sur une base moderne si on veut que les intérêts du Québec soient représentés. Leurs délibérations sont donc à notre avis très importantes.

L’assemblée annuelle du Syndicat des Métallos

L’assemblée annuelle du Syndicat des Métallos, à laquelle ont participé 400 travailleurs, a adopté à l'unanimité d'oeuvrer activement à la défaite du gouvernement Harper à l'élection de 2015. Les attaques de ce gouvernement contre les syndicats ont été passées en revue, des attaques que le Syndicat des Métallos décrit ainsi : « spectre de l'abolition de la formule Rand pour les travailleurs sous juridiction fédérale, vote obligatoire lors du processus d'accréditation syndicale, restriction du mandat des syndicats aux seules relations de travail, affaiblissement du droit de refuser des tâches dangereuses ».

L’assemblée annuelle a aussi discuté de l'offensive antisociale du gouvernement Harper contre le peuple dans son ensemble. « Les syndicats ne sont cependant pas les seuls 'ennemis' à abattre pour Stephen Harper et les idéologues de droite, a dit Daniel Roy, directeur québécois des Métallos, dans son discours à l'assemblée. Le gouvernement Harper s'attaque à tous ceux qui lui tiennent tête, tous ceux qui pensent différemment de son idéologie : les chercheurs, les groupes de femmes, les écologistes, les autochtones, les groupes communautaires et même les gouvernements des provinces qui s'opposent à ces politiques. »

L'assemblée a fait valoir la nécessité, pour les Métallos, de travailler avec toutes les forces syndicales et toutes les forces engagées dans la défense des droits du peuple, au Québec et à l'échelle du Canada, pour défaire le gouvernement Harper et stopper cette attaque aux droits. « Il va falloir que la voix des travailleurs se fasse entendre de partout au Québec et au Canada », a dit un travailleur de la métallurgie de Port-Cartier sur la Côte-Nord, aux applaudissements nourris des participants.

En plus des résolutions dénonçant l'offensive du gouvernement Harper contre les syndicats, l'assemblée a adopté des résolutions qui demandent à ce gouvernement de retirer les changements régressifs qu'il a faits au régime de l'assurance-emploi. Elles demandent que soit rebâtie la réglementation de la sécurité ferroviaire que le gouvernement fédéral actuel et ses prédécesseurs ont détruite en la laissant dans les mains des grandes entreprises ferroviaires.

L'Assemblée a observé une minute de silence à la mémoire des 47 victimes de la tragédie de Lac-Mégantic. Les travailleurs de la compagnie ferroviaire Montreal, Maine & Atlantic qui était responsable du transport du pétrole qui a pris feu dans le déraillement sont membres du Syndicat des Métallos et plusieurs se sont exprimés éloquemment à la mémoire des victimes et ont dénoncé les atteintes à la sécurité ferroviaire.

Plusieurs résolutions s'adressaient aussi au gouvernement du Québec. Elles lui demandent par exemple de défendre les conditions de travail des le secteur forestier qui se dégradent encore plus en ce moment dans le cadre du nouveau régime forestier que le gouvernement du Québec a adopté à l'unanimité fin mars cette année. Le nouveau régime prévoit notamment un soi-disant marché libre du bois sous la forme de mise aux enchères d'une partie de la ressource où les travailleurs perdent leur accréditation syndicale et travaillent à des conditions intenables.

L'Assemblée a aussi demandé au gouvernement du Québec de mettre fin à la partie de l'entente entre le gouvernement et Rio Tinto Alcan qui prévoit que toute l'hydroélectricité non utilisée par Rio Tinto dans un cas de grève ou de lockout doit être achetée par Hydro-Québec. Plusieurs conventions collectives des travailleurs de Rio Tinto au Saguenay-Lac-Saint-Jean viennent à terme en même temps, alors le but visé ici est de s'assurer que Rio Tinto ne va pas financer un lockout à même les millions de dollars empochés par ces achats d'hydroélectricité en 2015 comme il l'a fait en mettant illégalement les travailleurs d'Alma en lockout en 2012.

Parmi les autres résolutions qui ont été adoptées, on compte celles qui demandent l'organisation de tables de mobilisation et d'autres formes d'organisation qui réunissent des travailleurs à l'emploi d'un même monopole, que ce soit Arcelor Mittal et Rio Tinto, diverses résolutions sur la santé et la sécurité des travailleurs, une résolution engageant les Métallos à travailler davantage avec les communautés autochtones et des mouvements comme Idle No More et plusieurs autres.

Le 30e Congrès de la FTQ

 

Le 30e Congrès de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec se tient sur le thème « La force du nombre en action ». À la journée d'ouverture, plus de 1200 travailleurs étaient présents, soit 1012 délégués, 46 observateurs et 143 invités. Que ce soit dans le discours au congrès du président de la FTQ, Michel Arsenault, qui prend sa retraite après le Congrès, ou dans les interventions des délégués au micro, le Congrès prend fermement position contre les attaques des riches et de leurs gouvernements et en particulier le gouvernement Harper, contre les travailleurs, les syndicats et la société. Il rejette en particulier les efforts des riches, de leurs gouvernements et des médias pour rejeter le blâme des crises qui frappent la société sur le dos des travailleurs et des syndicats, les blâmant notamment pour la corruption qui caractérise leur propre système. Arsenault a été chaleureusement applaudi quand il a dit que ceux qui cherchent à faire des syndicats les boucs émissaires des crises et les attaquent sans répit sont ceux-là mêmes qui « voudraient que tout soit privatisé, déréglementé, libéralisé ». « On l'a vu, avec la tragédie du Lac-Mégantic, ce que la déréglementation dans le secteur ferroviaire pouvait faire... L'horreur. Nous ne les laisserons pas faire ! Nous ne laisserons pas le monde de la droite néolibérale nous écraser, nous allons prendre notre courage à deux mains, nous tenir debout, et nous leur disons : assez, c'est assez, trop c'est trop. »

Parmi les résolutions qui ont été adoptées lors de la première journée du congrès, on compte celles qui demandent le retrait immédiat des changements régressifs du gouvernement Harper au régime de l'assurance-emploi, qui s'opposent à la privatisation que fait le gouvernement du Québec des services de soins à domicile et des centres d'hébergement et de soins de longue durée pour les aînés, des résolutions pour protéger la santé et la sécurité des travailleurs, contre l'utilisation de scabs contre les luttes des travailleurs et plusieurs autres.




Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca



Site web: www.pmlq.qc.ca Courriel: bureau@pmlq.qc.ca