Numéro 38 - 27 novembre 2013



Affaires culturelles

Mad Dog Vachon, figure marquante
du monde sportif au Québec


Maurice « Mad Dog » Vachon
1er septembre 1929 - 21 novembre 2013

Le célèbre lutteur Mad Dog Vachon, de son vrai nom, Maurice Vachon, est décédé le 21 novembre dernier à l'âge de 84 ans, à Omaha, Nebraska, sa ville d'adoption. Le PMLQ offre ses sympathies les plus sincères à sa famille et à ses proches.

Maurice Vachon fait partie de ces personnes qui ont marqué l'imaginaire du Québec. Né dans une famille ouvrière de Ville-Émard, située dans le Sud-ouest de Montréal, le 1er septembre 1929, il est le deuxième d'une famille de 13 enfants.

Dès l'âge de 12 ans, son père l'encourage à la lutte amateure. Fait rare, à 18 ans à peine, il représente le Canada aux Jeux olympiques de Londres et termine au 7e rang. En 1950, à l'âge de 20 ans, il remporte la médaille d'or à ce qui devait devenir les Jeux du Commonwealth, alors appelés Jeux de l'empire britannique.

C'est dans les années 1950, après avoir fait différents métiers, que Maurice Vachon fait ses débuts en lutte professionnelle. À cette époque, la lutte est phénomène populaire à un point tel que l'émission La lutte, à Radio-Canada, se classe au 7e rang des 20 émissions les plus écoutées à Montréal. Son surnom de « Mad Dog » lui aurait été octroyé par Don Owen, un promoteur de l'Oregon, au terme d'un combat pendant lequel il s'en est pris non seulement à son adversaire, mais aussi à l'arbitre et à un policier.

Durant les années 1960, il a été à cinq reprises champion mondial des poids lourds de l' American Wrestling Association (AWA).

Dans sa carrière professionnelle, Maurice Vachon aura livré près de 13 000 combats à raison de 300 par année pendant 44 ans. À l'heure des premiers balbutiements de la télévision, Maurice en voit rapidement l'énorme potentiel et l'utilise pour promouvoir son image de « méchant », intensifiant ainsi l'intérêt déjà important des Québécois pour la lutte. Ses combats attiraient toujours des publics impressionnants, le sens du spectacle de Maurice soulevait la foule et son style a influencé d'autres générations de lutteurs.

Dans les années 1980, il participe avec succès à différentes émissions à la télévision où il démontre ses qualités de comédien. Maurice « Mad Dog » Vachon s'est aussi attiré l'admiration du public par le courage dont il a fait preuve lorsqu'en 1987, amputé d'une jambe après avoir été heurté par une voiture, il entreprend avec courage à 58 ans sa rééducation avec une prothèse.

Il a longtemps fait équipe avec son frère Paul « Butcher Vachon » et tous deux ont gagné plusieurs titres de champion « Tag team ». Deux autres membres de la famille Vachon ont fait leurs marques dans le domaine de la lutte, soit Vivian Vachon (soeur de Maurice et de Paul) et Luna Vachon (fille de Paul), toutes deux championnes reconnues.

En mars 2010, Maurice « Mad Dog » Vachon est intronisé au Temple de la renommée de la World Wrestling Entertainment (WWE) au cours d'une cérémonie tenue au Dodge Theater de Phoenix, en Arizona. En novembre, il a été admis au Temple de la renommée des sports du Québec.


De nombreux témoignages de personnalités ont souligné ses talents, son professionnalisme et sa gentillesse :

« C'est le lutteur québécois le plus connu à l'extérieur du Québec. Une légende, avance Pat Laprade, auteur d'un livre sur le monde québécois de la lutte. Il a été non seulement un lutteur professionnel, mais également un des grands sportifs du Québec. » « Il était reconnu pour aider les autres. Il recommandait les lutteurs à de nouveaux promoteurs. Il leur trouvait un nouveau nom, un nouveau personnage qui relançait leur carrière. Il avait l'oeil pour ça », conclut-il.

Pour Jacques Rougeau, aussi lutteur professionnel, c'est le style de Maurice Vachon qui lui a valu une si grande popularité : « Je pense que j'ai jamais connu un gars dans la business, depuis 38 ans que je fais ça et même avant quand je la suivais, qui était aussi intimidant. On dirait qu'il ne connaissait pas la peur.

« Tout le monde en avait peur. Même quand il a fait sa tournée d'adieu, il avait peut-être 55 ans, et dans ce temps-là j'étais beaucoup plus jeune, j'avais 23-25 ans, j'en avais peur un peu aussi ! J'ai lutté en équipe avec lui une fois ou deux, mais pas contre lui, il était rendu un 'bon' à la fin. »

« Une de ses plus grandes qualités, c'était sa générosité, a déclaré Yves Thériault, qui a réalisé un documentaire sur Vachon en 2009. C'était quelqu'un qui donnait sans compter. Il a beaucoup fait pour son sport, mais il s'est surtout investi beaucoup pour aider les jeunes à faire carrière. Il n'était pas avare de commentaires et de conseils pour les aider.

« En fait, quand on le connaissait dans la vie de tous les jours, il était presque le contraire (du lutteur). Il avait le coeur grand comme le monde. »

À l'entraînement du Canadien de Montréal, l'entraîneur Michel Therrien a déploré la perte d'une idole qui a marqué sa jeunesse : « Je me rappelle que les dimanches matins je regardais la lutte à la télévision avec mon père. Le Québec vient de perdre une icône, a souligné le vétéran entraîneur dans la LNH. C'est une nouvelle triste. On ne veut pas voir disparaître ces gens-là. Il a fait partie du patrimoine québécois, c'est sûr. »


Ronald King, chroniqueur sportif de La Presse se rappelle : « Les jeunes sportifs de Rosemont que nous étions traînaient parfois dans les environs et les coulisses de l'aréna Paul-Sauvé dans l'espoir de croiser des lutteurs. Ils étaient tous gentils, mais nous voulions voir Mad Dog Vachon. Il nous invitait dans son vestiaire, il s'assoyait avec nous, il blaguait, on était heureux à ses côtés. »

Bob Holliday, ancien employé de l'American Wrestling Association et vieil ami de Vachon : « Il avait l'habitude de prendre des bains de soleil dans ma cour arrière et même après qu'il soit parti de la maison, il y avait toujours des enfants frappant à ma porte demandant : 'Est-ce que Mad Dog peut venir jouer avec nous ?' »

Après quelque 13 000 combats et une trentaine de titres, Mad Dog Vachon livre son dernier combat de lutte professionnelle le 13 octobre 1986, au Centre Paul-Sauvé de Montréal. Au moment de quitter l'arène pour la toute dernière fois, il lance au public venu l'acclamer : « J'ai tout fait en 40 ans de carrière pour me faire haïr, mais je pense que j'ai échoué, en voyant l'hommage qu'on m'a rendu ce soir. »

Récompenses de Mad Dog Vachon

Titres internationaux :

AWA (American Wrestling Association)Champion (5)
AWA (World) Tag Team Champion (2)
WWE (World Wrestling Entertainment ) Hall of Famer (intronisé en 2010)

Autres titres :

AWA Midwest Tag Team Champion (3)
IWA (International Wrestling Alliance )International Heayweight Champion (2)
IWA International Tag Team Champion (1)
IWA World Heavyweight Champion (1)
IWA World Tag Team Champion (1)
NWA (National Wrestling Alliance)Brass Knuckles Champion (Texas version) (1)
NWA Canadian Tag Team Champion (Calgary version) (3)
NWA International Tag Team Champion (Calgary version) (3)
NWA Pacific Northwest Heavyweight Champion (6)
NWA Pacific Northwest Tag Team Champion (1)
NWA Southern Tag Team Champion (Mid-Atlantic version) (1)
NWA Texas Tag Team Champion (3)
NWA World Tag Team Champion (Central States version) (1)
NWA World Tag Team Champion (Georgia version) (1)
PWA (Pro Wrestling Alliance)Heavyweight Champion (1)

(Sources : Archives de Radio-Canada, Wikipedia, RDS, TVA, 25Stanley.com, Radio-Canada, Presse canadienne, 100 % catch, Winnipeg Sun, The Examiner, Luttemedia.com )




Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca



Site web: www.pmlq.qc.ca Courriel: bureau@pmlq.qc.ca