Numéro 50 - 16 décembre 2013



Réunion du Conseil national

Le PMLQ fait le bilan de son travail et adopte
des décisions pour la nouvelle année

Le 7 décembre dernier, le Parti marxiste-léniniste du Québec a tenu son Conseil national pour discuter du travail accompli pendant l'année, en particulier depuis sa réunion du 22 septembre, et pour orienter son travail pour la nouvelle année.

Le Conseil a fait une évaluation positive de la mise en application de sa décision du 22 septembre d'intervenir dans la discussion sur le projet de Charte des valeurs, maintenant projet de loi n° 60, en publiant le journal Chantier politique. L'idée était d'aider les discussions qui se tiennent à la base de la société afin que les gens puissent réfléchir comme il faut. L'autre élément principal de la discussion était le projet de loi lui-même, tel qu'il a été déposé par le gouvernement du Québec le 7 novembre dernier. Le Conseil national a aussi discuté de son travail de coopération avec d'autres organisations et forces politiques et a pris des décisions en conséquence. L'esprit de contribuer à l'affirmation de la souveraineté du Québec et au renouveau du processus politique afin d'en finir avec la marginalisation du peuple et de ses organisations, tant politiques que sociales, a été réitéré.

Le Conseil national a reçu des rapports sur le travail en cours sur le front du financement du Parti et a adopté son budget pour 2014. Le besoin de réforme de la loi électorale a été noté encore une fois, comme le fait que l'État devrait, par la voie d'une commission électorale, financer le processus politique, plutôt que les partis, et que la loi qui permet à un citoyen d'être membre d'un parti politique mais pas les résidents permanents n'est pas démocratique non plus.

Le Conseil national a décidé de célébrer le 25e anniversaire de la fondation du Parti le 10 mai 2014 à Montréal. Il a adopté comme thème pour son travail en 2014 « Bâtissons les Commissions sur l'avenir du Québec ». Le travail de bâtir ces commissions a comme but d'investir le peuple de la souveraineté de façon directe. Le travail des commissions est de faire en sorte que les gens puissent directement établir l'ordre du jour en ce qui concerne la discussion des problèmes auxquels eux, la société et le monde entier font face et contribuer à l'apport de solutions qui favorisent les intérêts individuels et les harmonisent avec les intérêts collectifs dans le contexte de l'intérêt général de la société. Sans la participation individuelle aux prises de décisions concernant l'ordre du jour, le rôle des individus et de leurs collectifs reste de réagir, bien ou mal, aux décisions prises par d'autres. Ça devient un mouvement perpétuel de réaction aux réactions, sans un programme pro-actif qui soit nôtre. Nous vivons dans un monde qui ne nous appartient pas où nous sommes forcés de réagir à toutes sortes de choses et c'est bien différent quand cette réaction se fait de façon à faire avancer notre propre programme, au lieu de simplement se réconcilier avec un programme décidé par d'autres.

Le Conseil national s'est donné un programme pour mieux apprécier encore les conséquences des développements chaotiques de nos jours qui font que l'économie devient de plus en plus anarchique et les lois de moins en moins favorables à l'établissement d'une stabilité économique ou sociale.

Le PMLQ réitère ce thème pour l'année 2014 dans le contexte où les travailleurs s'avancent pour représenter les intérêts du Québec par la lutte qu'ils mènent contre l'offensive néolibérale qui attaque leurs droits et les droits de tous. Les autres sections du peuple tels que les professionnels, les artistes, les jeunes, etc. montrent aussi de mille et une façons leur attachement aux valeurs qui promeuvent les idées éclairées et la cohésion sociale. Tout le monde doit reconnaître aussi l'importance d'établir une forme qui permette d'assurer l'unité du peuple dans les conditions où ses ennemis se servent de l'arme de la désinformation pour semer le doute sur leur capacité de penser et de lutter et pour les convaincre de se réconcilier avec l'offensive antisociale. Il est urgent de reconnaître que notre sécurité réside dans la défense des droits de tous et que pour y arriver il faut protéger les organisations de défense des travailleurs et accorder l'importance première à la culture dans ses formes idéologiques et sociales. Faire en sorte que le facteur humain et la conscience sociale ne se perdent pas mais, au contraire, sont activés, devient la tâche la plus importante quand l'anarchie et la violence créées sous le régime des monopoles qui veulent tout accaparer menacent le bien-être de tous.

Le Conseil national a souhaité une bonne et heureuse année à tous les membres et supporters du PMLQ, les a remerciés pour leur travail et leur appui en 2013 et leur a souhaité plein succès dans leur travail pour 2014. Des comités du parti vont organiser des rencontres sociales et politiques pour inaugurer la nouvelle année pour que les activistes puissent apprécier leur contribution et fixer un tracé pour l'année qui vient.




De la boîte à courriel

Appréciation positive de Chantier politique

« Dans notre comité, nous avons établi Chantier politique comme instrument qui nous aide à entreprendre la discussion sur la Charte des valeurs. Dès le début, nous avons accueilli cette discussion sur la Charte parce que pour nous c'est l'occasion pour le peuple du Québec de discuter du Québec qu'il veut. On n'a pas réduit cette discussion à se prononcer pour ou contre la Charte. On a trouvé qu'une telle approche ne nous permettait pas de voir les éléments requis pour bâtir un Québec moderne qui reconnaît les droits de tous. »

« Bravo pour Chantier Politique. Un premier numéro qui est sorti le 23 septembre, le lendemain de la décision de produire le journal, 44 numéros en 77 jours, la variété des thèmes, c'est un accomplissement ! Il y a eu beaucoup de travail d'accompli, il y a de quoi être très fier, et bien sûr il reste beaucoup de travail à faire. »


Le numéro de novembre-décembre 2013 du magazine Forum ouvrier

« Chantier politique, tout comme le magazine bimensuel Forum ouvrier, nous est très utile comme instrument pour nous aider à rendre la discussion politique et unificatrice. Nous sommes un groupe de travailleurs. Par politisation, on entend le travail par lequel les travailleurs deviennent capables de diriger dans la solution des problèmes auxquels le développement de la société fait face et auxquels nous sommes confrontés à tous les jours, d'une façon qui soit bénéfique à nous-mêmes et au peuple. Ces journaux fournissent de l'information véritable sur ces problèmes, sur la façon dont ils se posent, sur leur cause et leur développement, notamment comment Chantier politique aborde les problèmes qui sont posés par le Charte des valeurs. C'est ce que les travailleurs apprécient quand ils disent que Chantier politique discute des questions de fond, comme la définition de valeur par rapport à la définition de droit, ou la question des problèmes de la démocratie. Chantier politique et Forum ouvrier accroissent notre confiance en nous-mêmes, en notre capacité de porter à bien un projet que nous décidons de faire. »

« Chantier politique comble un besoin, celui pour la classe ouvrière d'avoir sa propre position sur toutes les questions, que ce soit sur la Charte, les questions historiques et culturelles ou le mouvement ouvrier, et non de simplement réagir à telle ou telle politique de tel ou tel parti ou personnage. La question qui se pose toujours est si la classe ouvrière devrait attendre que quelqu'un d'autre amène des solutions ou élaborer et présenter ses solutions aux problèmes ? Chantier politique intervient dans la situation et amène un climat de discussion sérieuse parmi les travailleurs sur ces questions d'importance. »

« En Montérégie, Chantier politique nous permet d'aller au coeur de la question de bâtir un Québec moderne. Il permet, notamment avec les articles historiques sur les Patriotes, de remettre à l'ordre du jour de façon vivante le projet de république avec la perspective que ce projet historique n'est pas terminé et demande la construction d'une république moderne avec des institutions démocratiques renouvelées comme les patriotes l'ont revendiqué à leur époque. »

« Chantier politique est arrivé en pleine tourmente pourrait-on dire sur la question de la Charte des valeurs, en plein brouhaha. Moi je ne me retrouvais pas du tout dans cette discussion. Le journal a mené une discussion sérieuse sur les questions, pas une discussion de personnalités et d'attaques personnelles. J'apprécie aussi les articles sur l'histoire comme les articles sur les patriotes et les luttes ouvrières du passé. C'est notre mémoire collective qui à mon sens est souvent obscurcie. La lutte d'aujourd'hui poursuit celle des patriotes, ou celle des années 1960, elle n'est pas terminée. »

« J'ai amené les numéros de Chantier politique sur la Charte des valeurs à des professionnels anglophones. Pour la plupart ils ont bien accueilli le journal parce qu'il prenait parti contre la propagande de calomnies contre le Québec à l'effet que les Québécois sont racistes parce qu'ils discutent de la question des valeurs du Québec. La position du PMLQ est importante parce qu'elle s'élève contre la réduction de la discussion à être pour ou contre les signes religieux dans les services publics. »

« Chantier politique est un outil de travail dans ma ville. Ce n'est pas une tâche de plus qu'on s'est mise sur les épaules. Je l'utilise dans le travail dans ma circonscription, dans le porte-à-porte, pour amener la discussion sur le fait qu'on a un outil ici pour résoudre les problèmes auxquels le peuple fait face. C'est la même attitude qu'on aborde quand on distribue le journal dans les événements [...] On dit aux travailleurs que ce journal les aide à prendre en mains les affaires politiques et l'accueil est très bon, plusieurs donnent leur nom pour recevoir le journal. Chantier politique est un outil pour bâtir les Commissions sur l'avenir du Québec. »

« Dans le travail de mon organisation dans une communauté qu'on appelle anglophone à Montréal, Chantier politique reçoit un bon accueil, notamment parmi des gens de plusieurs minorités nationales. Notre travail appelle les gens des minorités nationales à être aux premières lignes de la discussion sur la Charte des valeurs et du travail pour la construction d'un Québec moderne digne de ce nom. C'est ainsi que tout le monde peut s'assurer que leurs droits soient reconnus. Faut être à la table. »

« Avec la distribution de Chantier politique on entreprend un travail de masse des plus vivants qui va largement parmi les travailleurs et toutes les sections qu'on peut rejoindre et qui prend la forme de travail de porte-à-porte, de distribution aux événements ouvriers et autres, de discussions ouvertes avec les gens. C'est vraiment l'fun de faire ce travail-là. »

« Dans le travail de porte-à-porte que je fais, c'est une personne sur deux qui demande à recevoir Chantier politique. Le monde accueille bien les informations que ça donne. Ils disent que ça les aide à voir les choses plus clairement et à y réfléchir. »




Site web:  www.pmlq.qc.ca   Courriel: bureau@pmlq.qc.ca



Site web: www.pmlq.qc.ca Courriel: bureau@pmlq.qc.ca