Projet de loi nº 60 sur la Charte des valeurs

Saisir l'occasion pour débusquer tous les dogmes
et ouvrir la voie au progrès du Québec

   Mémoire du PMLQ
à la Commission des Institutions

PDF | HTML
  
Rapports d'actualité
 
  Présentation du projet de loi nº 60 par le ministre Drainville
-  Le 7 novembre 2013 -
  
Un mois d'auditions publiques
sur le projet de loi nº 60

 
  
Discussion
 
Le processus de création
de l'opinion publiqu
e

De la boîte à courriel

Discussion sur la question de l'identité

- Normand Chouinard -
 
Le but et les objectifs du projet de loi
- Christine Dandenault -
  
Vigoureux débat au Congrès de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec
 
Retour sur le projet de
loi libéral de 2010

  
Le projet de loi 60 et la valeur égalité homme-femme

Sur les propositions de septembre 2013
  
Le PMLQ accueille favorablement la discussion sur les valeurs québécoises
- Déclaration du 20 septembre 2013 -
  
Conseil national du PMLQ
- Réunion du 22 septembre 2013 -
 
À propos des accommodements
dits raisonnables

    
La société doit définir les droits
sur une base moderne

  
La difficulté d'en arriver à un consensus
  
Une hésitation à proposer les changements novateurs qui mèneront l'élargissement de la démocratie à sa conclusion logique
   
Aujourd'hui c'est seulement en garantissant les droits humains que les droits des minorités peuvent être protégés
 
Les valeurs chères à Stephen Harper

Les différentes prises de positions dans le débat

  
Position des partis poltiques
 
Position des syndicats
 
Opinions des organisations sociales
 
Tentative de compromis
 
Manifeste pour un Québec inclusif
  
Rassemblement pour la laïcité

Manigances juridiques du gouvernement fédéral
Les manigances juridiques fédérales avec la «loi sur la clarté»

Le gouvernement du Québec a déposé sont projet de loi 60, Charte affirmant les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l'État ainsi que d'égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d'accommodement. Le vote sur le projet de loi aurait lieu en mars ou avril 2014, après délibérations à l'Assemblée nationale et en commission parlementaire. La Commission des institutions a reçu 250 mémoires et demandes de présentation et les audiences publiques, qui ont débuté le 14 janvier 2014, se poursuivront durant plusieurs mois.

Chantier politique croit qu'il faut saisir l'occasion du débat sur le projet de loi 60 pour avoir une discussion élargie et informée sur les questions fondamentales concernées et tester tous les dogmes. Il est possible de faire une percée importante sur ces questions qui ouvre la voie au progrès du Québec en le sortant des carcans des modèles et des institutions du passé. Ce sera notre capacité à tous, et surtout les jeunes, à sortir des sentiers battus pour identifier ce qui manque et ce qui bloque qui créera une situation nouvelle nous permettant d'apporter des solutions aux problèmes de l'identité, de l'exercice du pouvoir souverain, d'un État moderne d'un Québec qui garantit les droits de tous.

Chantier politique réitère qu'il n'y pas plus grande entreprise aujourd'hui que de définir nous-mêmes qui nous sommes et quels arrangements sociaux, politiques, économiques et écologiques sont nécessaires à notre épanouissement. Il s'agit d'engager surtout les travailleurs et les jeunes dans une discussion informée pour tester les dogmes et relever les défis d'aujourd'hui. Il ne s'agit pas d'essayer de réparer les modèles dépassés qui sont tous en crise, que ce soit ceux basés sur le principe de l'intégration ou celui du multiculturalisme. Ces modèles sont viciés à la base, basés comme ils sont sur les mêmes valeurs néolibérales pourries. Avec leurs propositions de droits hiérarchisés, ils ne reconnaissent pas que tous et toutes ont des droits du fait qu'ils sont humains et que pour nous épanouir nous avons besoin de la société la plus avancée qui soit et devons contribuer à la même chose à l'échelle mondiale.

Chantier politique continuera de publier des opinions et des informations sur le sujet du projet de loi 60 (le projet de charte) et sur d'autres sujets importants d'affaires politiques. Entre autres, s'il a beaucoup été question du projet de charte du gouvernement du Parti Québécois, il faut aussi examiner les conceptions libérales de libertés individuelles invoquées par ceux qui prétendent que le Canada a déjà sa formule pour protéger les droits des minorités et « harmoniser » les droits de tout le monde. La réalité du Canada depuis Pierre Elliott Trudeau à Stephen Harper montre au contraire que la crise des droits est devenue si profonde qu'aucun des partis des riches n'ose même l'aborder. Les partisans de l'imposition du statu quo évitent comme la peste toute discussion sur l'absence d'une constitution moderne au Québec ou au Canada qui garantit les droits de tous en pratique et qui établit clairement que c'est le peuple qui est le décideur souverain, pas la reine d'Angleterre ! Beaucoup d'autres conceptions ramenées d'une époque révolue qui sont présentées comme des solutions ou des éléments de solution aux problèmes d'un Québec moderne doivent être examinées. Face à la crise du multiculturalisme canadien et du modèle européen qui sont foncièrement racistes, beaucoup d'idées de modèles alternatifs sont proposées pour le Québec et il faut les examiner.

Dans ces conditions, la discussion met à l'ordre du jour la question de qui décide, la question de comment garantir en pratique les droits fondamentaux pour tous et la nécessité d'un État moderne et souverain du Québec, qui est le projet le plus unificateur qui soit. Elle permet aussi d'apporter des solutions en pratique en développant la conscience que c'est le peuple qui doit décider et que les travailleurs et les jeunes ont un rôle de premier plan à jouer dans l'établissement des mécanismes pour investir le peuple du pouvoir souverain.

ACCUEIL

Ce site est géré par le Parti marxiste-léniniste du Québec

Pour tout problème avec ce site: webmaster@pmlq.qc.ca